24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/10/2000 • 00h00

ARCHIVES 1.07 La télé est morte, vive les Web-TV (1)

En France, le Net et la télé convolent enfin. Une vingtaine de Web-TV sont déjà en piste et, chaque mois, de nouvelles chaînes apparaissent. Boostées par l’arrivée du haut débit, stars de la Net économie, elles misent toutes sur le programme ultra thématisé et mettent en ligne des talk-shows pour les dingues de bridge ou les clubbers du Queen... Canal Web, le pionnier, domine le marché. Les petites nouvelles, comme Nouvo ou Clic Vision, apprennent peu à peu à draguer le télénaute. Mais aucune Web-TV française n’est allée aussi loin que le site britannique ananova.com : une présentatrice virtuelle (la jolie brune ci-contre) y enquille les nouvelles à longueur de journée. Gros avantage : elle n’a jamais entendu parler des 35 heures et son maquillage est toujoujours parfait...

Ananova existe, je l’ai rencontrée

La salle de rédaction des temps modernes se trouve peut-être chez Ananova, à Leeds, en Grande-Bretagne : six rédacteurs vissés à leur chaise, entourés de relecteurs, de producteurs, d’informaticiens, de graphistes...

Tous ne sont que de simples scénaristes, au service d’une présentatrice virtuelle aussi vorace qu’infatigable. C’est la Web-télé à visage humanoïde.

“Bonjour. Je m’appelle Ananova, j’ai 28 ans. Je prayzente le journal.” Les “r” sont impeccables mais la musique de la phrase sonne un peu bizarre. Ananova, présentatrice virtuelle de Web-télévision, est anglaise d’origine. Elle a appris le français en quelques secondes - spécialement pour s’adresser aux lecteurs de Transfert. Facile, pour elle. Le logiciel qui lui permet de lire son prompteur est programmé pour reconnaître plusieurs langues étrangères. Mais comme les signes d’accentuation lui jouent encore des tours, on doit fabriquer des équivalents linguistiques, des homonymes informatiques. C’est ainsi que “présente” devient “prayzente”... (écoutez la voix d’Ananova parlant français, en exclusivité sur le site de Transfert ) Personne ne saura rien de ces bricolages en dehors des techniciens d’Ananova Limited, qui commandent derrière leurs moniteurs connectés les dires et les gestes de la belle numérique. Leur entreprise, ex-PA New Media, a été mise en vente par sa maison mère Press Association, l’AFP des Britanniques. Le futur repreneur devrait hériter de ce drôle de bout de femme à la frange verte qui, depuis son premier news broadcast [présentation de journal] en avril dernier, est déjà devenue une star du Web. Fascinante journaliste : elle parle le XML couramment (le html nouvelle génération), ne réclame pas de salaire pour travailler 24 heures sur 24, sept jours sur sept, et malgré cela, conservera éternellement la fraîcheur de ses 28 ans numériques. Qui dit mieux ?

Au service du virtuel

Ananova n’est tout de même pas seule à bord. À Glasgow en ...cosse, une équipe d’ingénieurs de la société Digital Animations Group perfectionne en permanence les logiciels qui l’animent. Le pari est osé. Il s’agit de synchroniser le mouvement des lèvres et des muscles faciaux avec la lecture d’un texte écrit (grâce au logiciel de text-to-speech [émulateur vocal] de Lernout & Hauspie). Les techniciens s’efforcent même de combiner les mouvements liés à l’énonciation avec des mimiques d’expression : haussements de sourcils, sourires, voire même un “rire contenu” - la grande fierté des ingénieurs. Mais c’est surtout à Leeds, dans le nord industrieux de l’Angleterre, qu’Ananova mobilise le plus de monde. Au milieu d’une zone d’activité semée d’entrepôts en briques rouges se tient la newsroom. C’est la salle de presse où journalistes et informaticiens nourrissent d’articles et de codes l’insatiable présentatrice. Une petite usine de 90 personnes. Dans un unique grand espace éclairé aux néons, une mer de dos frissonne, vibrant avec les écrans. Chemises impeccables, moquette grise immaculée. Pas de cendriers jonchés de mégots, de rédacteurs débraillés, ni de techno en fond sonore. On n’entend que les clics des souris. C’est une bien sage start-up que contemple l’affiche géante d’Ananova.

“Notre ligne éditoriale ? Réactivité, précision, impartialité”, vante Matthew Edgar, le responsable de l’information - ce qui se dit, ici, “chef du développement produit”. Le jeune manager en chemise blanche vient simplement de livrer la définition de l’excellence journalistique. Mais alors qu’est-ce qui change sur le Web ? “Le ton est différent. Parce que les gens communiquent de façon plus informelle. Ils échangent par mail, ils bavardent. Nous diffusons donc, à côté des news à chaud, des histoires insolites qui font sourire.” Pour dénicher l’histoire des Japonaises qui se peignent les aisselles ou celle du couple brésilien qui ne s’est pas adressé la parole en 35 ans de vie commune, Ananova possède une arme secrète. Un robot passe au peigne fin plus de mille sources d’information sur le Web, et les redirige vers les six Net-reporters de l’équipe. En plus du fil de dépêches de PA (Press Association), les journalistes disposent ainsi d’une revue de presse anglophone mondiale.

Lorsque les articles sont rédigés, des sub-editors - des chefs de service - vérifient le fond et la forme. Le producer, qui est en fait un intégrateur multimédia, reçoit les textes dans lesquels les journalistes ont inséré des indications scéniques telles que “sourire” pour accompagner une anecdote, “sérieux” pour une catastrophe ferroviaire. L’équipe éditoriale se compose au total de trente personnes.

...motions assistées par ordinateur

Les intégrateurs encodent ensuite l’histoire avec un système de balises ultrasecret, protégé par brevet : emotion tag, story tag, action tag... Ils raffinent l’expression visuelle en ajoutant des hochements de tête, des éclats de rire, et vérifient que l’énonciation ne bute pas sur des mots inconnus ou ambigus. Allez prononcer le nom du nouveau chef des armées russes, si vous n’avez pas un guide sonore...

“Le logiciel souligne automatiquement certains mots, explique, à l’intégration, William Cooper, un grand gaillard au regard brillant d’excitation. Sur le verbe « démentir », par exemple, Ananova haussera les sourcils. Ce sont des automatismes qu’on a observés sur de vrais présentateurs. Quand ils lisent leurs prompteurs, ils sont à peu près aussi robotisés qu’Ananova ! Sauf que, à la télé, on vous hurle dans l’oreillette, il faut coordonner un tas de personnes à la régie...” Ananova, au moins, affiche toujours un calme impérial et ne dépasse jamais son temps de parole.

Elle ira loin. Elle est en train de conquérir le WAP, sur les téléphones et les agendas numériques. Le cinéma l’attend - elle n’a pas eu le temps de répondre à l’invitation qu’on lui a faite pour Cannes, mais ce n’est que partie remise. La télé la voudra sans doute. Plusieurs entreprises ont fait des avances à la jolie brunette pour qu’elle anime leur Web-TV sur mesure. Deborah Tonroe, chef du développement commercial, se réjouit déjà des perspectives de revenus que représente la vidéo sur mesure. Ananova est une véritable locomotive pour vendre de l’information et des produits dérivés : "Nous ne commercialiserons pas le logiciel, mais nous vendrons des licences d’utilisation du contenu, et nous développerons le merchandising autour d’Ananova."

Et bientôt, c’est promis, vous aurez votre MyAnanova à vous tout seul. Elle apparaîtra vêtue à votre convenance, vous saluera personnellement, vous susurrera une sélection d’infos ad hoc et... On s’en tiendra là, non ?

http://www.ananova.com
http://www.ananova.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse