28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/11/2000 • 12h03

ARCHIVES 1.08 - Dossier Dissidence : Arrête de t’intoxiquer, sois ton propre média

 
Contre l’uniformisation, la censure ou juste pour l’ouvrir, les résistants ont créé leurs webmédias. La technologie leur a donné l’indépendance, il faut encore la garder.
LIRE AUSSI LE COMPLEMENT DU MAG

Interview de Geert Lovink, Netime Mike Slocombe, web designer génial et schizophrène, " Ne pas craindre de déranger ", une interview de Clémént Laberge(Psst) et de Silvère Tajan, co-fondateur de NoSpoon.org

Connaissez-vous l’anti-CNN ? IndyMedia.org est le plus grand réseau de journalistes indépendants sur Internet. Créé à l’occasion du Millenium Round de Seattle, en novembre 1999, il permit aux « médiactivistes » de couvrir l’événement en direct. En toute subjectivité et en parfaite liberté. Présent dans toutes les grandes réunions internationales (OMC, FMI...), IndyMedia justifie son existence par sa différence. Selon ces nouveaux journalistes, l’idéologie véhiculée par les médias grand public donne une couverture biaisée des événements. Ainsi, quand CNN et TF1 donnent la parole aux ténors de la mondialisation et ont tendance à diaboliser les manifestants, Indymedia couvre les contre-sommets. Face au JT, ils brandissent des reportages en ligne sur les « camps d’entraînement à la non-violence » que suivent les militants anti-mondialisation ou encore des photos et vidéos attestant des violences policières.

Géniaux bénévoles

Présent dans une dizaine de villes et de pays, IndyMedia s’est implanté en France à l’occasion du procès de José Bové à Millau, avant de suivre la caravane anti-FMI à Prague. Né en partie grâce à FreeSpeech.org, qui fédère et met en ligne les programmes des télévisions alternatives américaines, IndyMedia n’appartient pas à la « grande famille » de la presse. Chris Arden, informaticien de 43 ans et membre du collectif, s’en félicite : « Avec Gutenberg, l’information, contrôlée par l’...glise, s’est diversifiée. Avec Internet, elle n’est plus entre les mains de la presse corporatiste. » Les coûts de production ont baissé de façon « révolutionnaire » pour les médias audiovisuels. Avec ses cinq permanents, le collectif de vidéastes américains undercurrents.org est, par exemple, à la tête du plus gros fonds d’images sur l’activisme. À Oxford, dans ses petits locaux, Tim, le webmaster, développe une base de données qui permettra à tous les internautes de faire des recherches, par mots-clés, dans ces milliers d’heures d’enregistrement. Plus besoin d’être un « professionnel de la profession », doté d’un budget chiffré en millions, pour monter sa propre chaîne. Le site français teleweb.org fournit ainsi tous les outils pour créer sa télé (ou radio) sur le Net. Lancé au printemps 2000, son portail propose déjà plus de 500 programmes ! Internet a également transformé les fanzines papier en webzines high-tech (aux coûts de production quasi nuls). Ainsi, en France, le Portail des Copains de rezo.net, recense des dizaines de « médias libres » lus par des milliers d’internautes : l’Ornitho, les Chroniques du Menteur... Ouverts et interactifs, les fleurons des nouveaux médias sont l’œuvre de géniaux bénévoles qui, pour vivre, vendent souvent leurs services... aux boîtes qu’ils critiquent tant. Bel exemple de cette schizophrénie : Mike Slocombe, webmaster de urban75.com, site anglais alternatif. Entre deux jobs de webdesign pour la BBC ou Coca-Cola, le jeune homme a construit, en quatre ans, une Rolls des médias militants : 70 000 visiteurs par jour. « Mon site est souvent mieux fait que celui des entreprises qu’il condamne. Si on attaque le système avec ses propres armes, les gens voient que la culture alternative ne se limite pas à des tracts en noir et blanc. »

Aucun revenu

Loin des vieux modèles, de nouvelles formes de médias sont même apparues. En tête, le journalisme « open-source », comprenez « participatif » ou « contributif ». Le principe est simple : tribunes ouvertes à tous les internautes, n’importe qui édite ses infos, brèves ou articles, qui seront ensuite commentés ou corrigés par les autres internautes. La force du journalisme open-source ? Celle qui fait de Linux un système d’exploitation plus performant que Windows : l’émulation générale et la correction mutuelle. « On est nombreux, tous pros dans notre secteur, donc forcément plus forts que le journaliste seul, qui doit parler de beaucoup de choses qu’il ne connaît pas », explique Silvère Trajan, de nospoon.org, un site participatif français, lancé en 1999.

En faisant tourner son « uZine » collective de 1996 à 1998, le MiniRézo, un groupe de webmasters indépendants, fut l’un des pionniers du genre. Il vient de lancer son uZine2 (minirezo.net), sur le modèle « open-source », histoire de reprendre sa veille critique de l’évolution du Net. Sont visés les chantres de la régulation, la fermeture d’Altern ou l’amendement Bloche. Ces webmasters ont de la bouteille : auteurs du Manifeste du Web indépendant ou de la Défaite de l’Internet au moment de l’affaire Estelle Hallyday, ils contribuent à la reconnaissance des médias libres et du Web non-marchand. Ces vieux routiers n’ont pas choisi l’open-source par hasard. La recette marche : slashdot.org, précurseur américain, avec ses 5 000 contributeurs et ses 800 000 pages vues par jour, en a apporté la preuve. D’ailleurs, le site a été racheté en 1999 par le groupe andover.net, grand acteur économique du logiciel libre.

Pour l’heure, l’indépendance éditoriale de Slashdot semble intacte. Mais cette évolution pose la question de la pérennité économique des médias indépendants sur Internet. Tous se refusent à vivre de la pub, n’ont aucun revenu et fonctionnent grâce au bénévolat. Geert Lovink, modérateur de la mailing-list nettime.org, l’un des plus anciens médias contributifs par e-mail, y voit un enjeu central : « Personne n’a encore trouvé de business model vraiment viable. Il nous faut réfléchir à des solutions comme les micropaiements. Il faudrait que la monnaie soit propre à Internet et qu’elle ne puisse être échangée dans le monde réel. Mais là, il s’agit d’un chantier énorme qui ne concerne pas que les médias. » Un système de monnaie virtuelle pour financer des sites sans écorner leur liberté de ton ? Pourquoi pas. Mais il ne s’agit que d’une piste. Il reste encore aux médias indépendants à inventer leur modèle de développement durable.

La province résiste ?

" Recherche webzines locaux dissidents ! "" En fouillant bien, on peut en dénicher...

Bourges, son église, son festival de rock et, depuis 1997, son site dissident. Dommage pour le maire, mais Jean-Michel Pinon, créateur de

lagitateur.org, a quelques idées pour entamer la rentrée. Fini les rubriques tapageuses, parfois douteuses, éreintant le premier magistrat de la ville. En septembre, l’apprenti journaliste s’attaque à la campagne municipale. « Ce sera incisif et

vivant. Le Net nous permet de diffuser facilement de l’info alternative loin du discours des quotidiens régionaux. » C’est presque un leitmotiv pour les webzines locaux. À Montreuil (93), le Poivron lance un appel pour le vote des étrangers aux prochaines élections et décrypte en ligne les conseils municipaux. En

Bretagne, Jacques Henrou, administrateur de tregor.net, un portail alternatif régional, râle contre la langue de bois des journaux locaux et met en une un dossier sur les déchets nucléaires. Plus énervé, le collectif dijonnais Maloka a investi le Net «  pour se servir d’un des derniers endroits où il est possible de rivaliser avec le pouvoir ». Reste à faire des émules. K.P.

www.lagitateur.org

www.tregor.net

www.chez.com/maloka

www.globenet.org/lepoivron-montreuil/index.html

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse