24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/08/2001 • 19h27

Dossier sexe - Sexe.G(ay)

archmag16
Depuis plus de dix ans, le X gay est devenu un marché rentable et incontournable. Interviews croisées de trois spécialistes.

Le marché du X gay s’est considérablement développé dans les années 90, surfant sur la vague minitel pour engranger des profits à faire pâlir d’envie n’importe quelle dotcom. Anonymat, interactivité, la « niche » des gays est très porteuse. Interviews (par mails) croisées de Jean-Philippe, observateur des médias gays (Media-G.net) ; de Marco, fondateur d’un webzine indépendant (Inke) ; et de Stéphane, un pro des services homos (Le Gladiateur).

Quelle influence ont pu avoir le minitel, puis le Net, sur le mouvement gay ?

Marco - inke.free.fr

Ce n’est pas évident d’aller acheter du porno gay en sex-shop, ou autres magasins, pour un gay qui ne s’assume pas réellement... Quand j’avais 18 ans, je me croyais anormal et je mettais une heure avant d’aller franchement dans le kiosque à journaux, que je choisissais d’ailleurs loin de chez moi, pour acheter des magazines. Le minitel et l’Internet sont des lieux qui permettent de se construire, d’être à l’aise dans son élément et de constater qu’on n’est pas tout seul. On n’a pas à affronter les regards, et l’on s’aperçoit aussi rapidement que baiser, c’est bon ! J’ai rarement eu des discussions profondes par minitel, en revanche, j’ai eu beaucoup de pénétrations profondes ! Mais je pense aussi que découvrir sa sexualité dans l’abondance totale de bites, cela peut être déstabilisant et entraîner une véritable dépendance au sexe. Le minitel, le Net aujourd’hui, c’était pour moi le sexe facile, un peu comme les livreurs de pizza qui te livrent en 30 minutes.

Jean-Philippe - www.media-G.net

Je pense que l’anonymat explique en grande partie la rapidité du développement du Web gay, y compris pour les sites sans pornographie. Se connecter sur une URL depuis chez soi est une démarche bien plus facile que d’aller acheter Têtu ou Honcho à la librairie du village. L’interactivité du minitel et du Web a également permis à de nombreux homosexuels de rompre l’isolement et de faire des rencontres grâce aux chats, aux forums et aux petites annonces. Les parties interactives des grands sites gays français (non porno) sont d’ailleurs les plus consultées, face à un éditorial souvent très pauvre. Plusieurs responsables des principaux sites gays me l’ont confirmé... « en off », certainement pour ne pas effrayer des annonceurs globalement encore assez frileux.

Le Web a-t-il développé le business du X gay ou n’est-il qu’une plate-forme commerciale de plus pour ceux qui œuvraient déjà dans le Minitel et le porno ?

Stéphane - www.legladiateur.com

...trangement, ce ne sont pas les sociétés du X gay qui se sont mis à l’Internet gay, probablement à cause des aspects techniques plutôt imposants. Il faut reconnaître aussi que le bon vieux marché classique fonctionne bien, voire mieux, alors pourquoi se lancer dans la folle aventure numérique et planétaire, au risque d’essuyer les plâtres ? Beaucoup de professionnels ont d’ores et déjà raté la marche parce qu’ils pensaient que le « sexe virtuel » n’irait pas loin, alors qu’une fille ou un mec sur un écran est tout aussi virtuel qu’une fille ou un mec sur une cassette vidéo... Mais il faut reconnaître que si l’adult business ne s’était pas largement intéressé à l’Internet, certaines techniques, voire l’Internet lui-même, n’aurait pas connu un tel essor. Il serait intéressant de connaître la part du chiffre d’affaires généré par Internet, grâce à l’adult business, dans le chiffre d’affaires global de la netéconomie. Mais Internet est aussi une zone d’expression, de toutes les expressions. Le sex business est à l’Internet ce que le foot est au sport : le loisir numéro 1... ;-)

Jean-Philippe (www.media-G.net)

La majorité des sites pornos « gay » sont, en fait, mis en place par des sociétés s’adressant habituellement à des hétéros. Le marché gay est réputé (à tort ou à raison) pour être « juteux » et avide de pornographie et l’on trouve, aujourd’hui, de puissantes sociétés (financièrement parlant) issues du minitel derrière certains sites gay... On s’en doute bien, l’argent - même rose - n’a pas d’odeur, et les gains potentiels feraient faire du X gay aux plus homophobes des pornographes. ;-)

inke.free.fr
http://inke.free.fr www.media-G.net
http://www.media-G.net www.legladiateur.com
http://www.legladiateur.com
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse