28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/10/2001 • 18h46

Du porno à vocation médicale

Dans un grand élan confinant à la désinformation, le lobby international de la classification morale des sites web annonce une vaste campagne visant à protéger les enfants sur le Net. Une solution "win/win", comme ils disent. Pour qui ?

Le puritanisme américain ne fait pas forcément dans la dentelle. Ainsi, les militants anti-avortement les plus durs n’hésitent pas à faire circuler des vidéos et photos d’embryons ensanglantés, difformes ou abîmés afin de faire la promo de leur combat soit-disant "pro-life". Regroupement de ténors de la nouvelle économie, l’ICRA (Internet Content Rating Association), quant à elle, invite les créateurs de sites web à remplir un questionnaire à la limite du gore. Il s’agit en effet de lui indiquer la présence, ou non, de "détail d’érections ou d’organes génitaux féminins, d’actes sexuels explicites, obscurcis ou sous-entendus, de violence sexuelle et de viol, de scènes sanguinolentes et de mises à mort d’êtres humains, animaux ou personnages imaginaires"... Il est néanmoins possible de préciser si ces scènes "apparaissent dans un contexte à vocation, éducative ou médicale et (donc) conviennent aux jeunes enfants". Le tout afin de classifier les sites de sorte qu’ils soient, ou non, déclarés librement consultables par des enfants. On imagine d’emblée les supermarchés en ligne se ruer sur le questionnaire, pour ne finalement rien cocher rien du tout. A contrario, les sites hardcore, trash ou porno cocheront toutes ou parties de ces cases... s’ils acceptent d’aller s’y enregistrer. Sans oublier le fait que la majeure partie des sites qui s’inscrivent à l’ICRA sont américains, à tout le moins anglophones, que le système n’est donc guère viable hors la sphère anglo-saxonne. Et qu’ils sont donc minoritaires, ceux qui s’y inscrivent. Si le dilemme de la classification volontaire des sites web n’est pas nouveau, il vient néanmoins d’être relancé. Ou presque.

Une solution "win/win"

Créée en 1999, l’ICRA compte des membres prestigieux : AOL Inc., Bertelsmann Foundation, British Telecom, Cable & Wireless, IBM, Microsoft, Verisign, UU Net, Verizon ou encore Yahoo !, entre autres, font ainsi partie des membres actifs de ce lobby. L’objectif est de "moraliser" l’Internet pour que les enfants ne risquent pas, ou peu, de tomber sur des contenus inappropriés. Une fois les sites auto-proclamés visibles (ou non) par les mineurs, l’ICRA n’ira rien vérifier, sinon que le site comprend bien son logo sur sa page, ou bien un code correspondant à son étiquetage. La classification repose en effet sur un logiciel, installé par défaut dans Internet Explorer, et qui restreint, à la demande des parents, l’accès aux sites web en fonction de leur degré de nudité, sexe, violence et langage. Ce 23 octobre, l’ICRA décidait de lancer une campagne médiatique sur tout le continent nord-américain en révélant que "fait sans précédent en matière de partenariat public-privé, les trois sites web les plus visités, AOL, MSN et Yahoo, viennent d’adopter le système de labellisation de l’ICRA". Aucune de ces trois méga-entités ne relaient cette campagne sur leurs propres sites, qu’importe : l’objectif est médiatique, et la presse relaie fidèlement le message. Sans jamais rappeler qu’AOL, MSN et Yahoo sont par ailleurs toutes trois membres fondateurs de l’association. Comme le dit lui-même le porte-parole de l’ICRA dans son communiqué, il s’agit bel et bien d’une "solution win/win". Comprenez, tout le monde y gagne, les moralistes comme les e-commerçants. En septembre dernier, le Global Business Dialogue on Electronic Commerce (GBDe), autre lobby des multinationales du commerce électronique, avait lui aussi affiché son soutien à l’ICRA, par le biais de son groupe de travail baptisé "Cyber Ethics Task Force" (sic). Les opposants à la labellisation de l’ICRA n’ont, quant à eux, de cesse de rappeler qu’ils s’agit là surtout d’objectifs marchands masquant de réelles "censures économiques, politiques et mercantiles des contenus". Tout site non-déclaré à l’ICRA est en effet inaccessible pour ceux qui ont intégré sa classification à leur navigateur. D’ailleurs, ce système n’est disponible que pour Internet Explorer sous Windows. Ou comment transformer l’Internet en une vaste galerie commerciale bien-pensante.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse