29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/02/2001 • 20h08

L’Australie interdit les ”thèmes adultes

L’Australie est le premier pays industrialisé à avoir mis en place une véritable censure de l’Internet. Le pays compte aujourd’hui faire un grand pas en avant en interdisant l’évocation de tous les "thèmes adultes", sous peine d’amendes.

En 1999, l’Australian Broadcasting Authority, l’équivalent australien du CSA français (Conseil supérieur de l’audiovisuel) a été chargé de réguler l’Internet. Conséquence : le Web se retrouva traité à l’instar des films et des vidéos, doté d’une échelle classant les contenus potentiellement offensants. Cette mesure fut perçue par les défenseurs de la liberté d’expression comme une véritable censure. En effet, si les films pornos sont interdits de vente aux mineurs, il est possible pour un adulte d’en louer dans les sexshops ou encore d’attendre minuit pour en voir un à la télé. Rien de tel sur le Web : les sites risquent tout bonnement d’y être interdits, puisque consultables par n’importe qui à n’importe quel moment. En novembre 2000, le gouvernement de l’Australie du Sud introduisit un nouveau projet de loi censé renforcer la législation existante, jugée par trop laxiste. L’examen parlementaire devrait normalement débuter le 13 mars prochain, la proposition de loi devant normalement s’étendre à l’ensemble du territoire australien. Entre autres objectifs : proscrire toute évocation des "thèmes adultes", et ce même si seuls des adultes peuvent y accéder.

@reuh @reuh

Selon l’Electronic Frontier Australia, tout site web proposant des contenus pouvant, potentiellement, ne pas convenir aux enfants, peut être condamné à une amende de 10 000 dollars australiens(38 000 F). Ceci vaut tout autant pour les messages postés sur des newsgroups que pour les archives des mailings-listes. Et ce même si ces documents sont protégés par un système de mots de passe délivrés à la condition expresse de faire la preuve que l’on est bien un adulte. À titre de comparaison, la vente de matériel "offensant" à un mineur est punie, au maximum, de 5 000 dollars australiens (19 000 F) lorsqu’elle a lieu "hors ligne". Enfin, pour ce qui est des thèmes jugés non appropriés pour les enfants, ils sont nombreux et couvrent large spectre : le sexe, bien sûr, mais aussi un grand nombre de sujets politiques et sociaux, tels que la référence au suicide, au crime, à la corruption, aux problèmes de couple, aux traumatismes émotionnels, à la dépendance à l’alcool et autres drogues, sans oublier la mort et les maladies graves, le racisme, la religion... Bref, à part s’exprimer comme un bébé, ou reprendre les slogans publicitaires politiquement corrects, le mieux est encore ne rien écrire du tout.

Une censure politique

Interrogé par le journal Australian IT, Michael Baker, de l’Electronic Frontier Australia, voit dans ce projet de loi un réel danger en matière de liberté d’expression : "Il s’agit là d’une censure politique rampante", dit-il, car la loi cherche à interdire sur le Web des choses qui ne le sont pas par ailleurs, ainsi qu’à criminaliser tout débat dès lors qu’il "pourrait" ne pas être approprié pour les petits enfants. De plus, la définition de ce qui peut être offensant n’est pas clairement énoncée, mais laissée à l’appréciation d’un Office de classification des films et de la littérature (OFLC). Une personne peut ainsi être condamnée pour avoir publié, en toute bonne foi, un contenu jugé non conforme, sans même avoir été préalablement informée du problème en cours, ou s’être vue demander de le retirer.

Electronic Frontier Foundation:
http://www.efa.org.au/Campaigns/sab... L’article de l’Australian IT:
http://australianit.news.com.au/com... Le parlement d’Australie du Sud:
http://www.parliament.sa.gov.au/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse