28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


23/06/2003 • 16h43

L’aquarium de Lyon invente la "carte à pouce" à empreinte digitale

Un cas d’école, où la biométrie passe à tort pour un moyen de protéger la vie privée

Baptisée "Carte à Pouce", une carte de fidélité délivrée à partir d’une empreinte digitale est proposée aux visiteurs de l’aquarium du Grand Lyon depuis son inauguration en octobre 2002. Diffusée à plus de 100 000 exemplaires, cette carte est présentée par la direction de l’aquarium comme "parfaitement anonyme". "Faux", déclare à Transfert la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), qui reconnaît n’avoir pas encore obtenu de l’aquarium la mise en conformité de son fichier d’empreintes.

La Cnil a été alertée le 23 juin par Michel Bouissou, un informaticien lyonnais spécialiste de la protection de la vie privée, qui dénonce "une collecte abusive de données biométriques". La Cnil s’apprête maintenant à mettre en demeure l’aquarium du Grand Lyon afin qu’il déclare son fichier. Ce qui aurait dû être fait dès octobre 2002...

La "Carte à Pouce" permet de bénéficier d’une réduction de 50 % sur le tarif d’entrée à l’aquarium lyonnais (11 euros pour un adulte). Pour l’obtenir, l’aquarium demande à ses visiteurs d’apposer le pouce sur un lecteur informatisé d’empreintes digitales. Selon Michel Bouissou, cet usage apparemment anodin de données biométriques constitue un "abus injustifiable". Dans un mail transmis le 22 juin à la direction de l’aquarium, l’informaticien, membre fondateur de la Fédération informatique et libertés (FIL), écrit : "Les moyens technologiques tendent à réduire comme peau de chagrin la sphère privée des individus (...) Ces moyens devraient être limités aux cas où ils peuvent être considérés comme absolument nécessaires, et ce dans un cadre légal strict."

La direction de l’aquarium se défend en expliquant que son système est "anonyme" puisque l’empreinte digitale est le seul élément d’identification demandé aux visiteurs. Ce serait justement grâce à elle que ceux-ci n’ont pas besoin de fournir nom, prénom et adresse pour se voir délivrer leur carte de fidélité.

Jean-Marie Pédron, directeur de l’aquarium affirme : "Nous ne stockons pas les empreintes digitales en tant que telles. Notre système informatique transforme l’empreinte dès son enregistrement en un code barre unique et infalsifiable." A chaque fois que le client retourne à l’aquarium, il appose à nouveau son pouce sur le lecteur, qui vérifie si l’empreinte correspond au code barre qui figure sur la carte.

Anonymat "illusoire"

Depuis l’ouverture de l’aquarium, plus de la moitié des visiteurs de l’aquarium ont souhaité bénéficier de cette carte gratuite. Jean-Marie Pédron précise que jusqu’ici, Michel Bouissou est la première personne à avoir contesté ce système.

Jean-Marie Pédron interroge : "Si l’on pose le problème de la protection de la vie privée, que vaut-il mieux faire : donner ses nom, prénom et adresse, quitte à voir ensuite le fichier correspondant cédé à des sociétés de prospection commerciale, ou bien fournir une simple empreinte, qui ne permet en soi de remonter jusqu’à la personne à qui elle appartient ?"

Pour Michel Bouissou, "l’anonymat du système est illusoire". Il explique : "Si jamais la police veut savoir si Untel est passé par l’aquarium, elle peut très bien croiser un fichier d’empreintes digitales lui appartenant avec l’algorithme qui permet de créer les codes barres des cartes de fidélité."

Une analyse que confirme aujourd’hui Thierry Jarlet, directeur de la communication de la Cnil, pour qui ce fichier d’empreintes est "indirectement nominatif". Jarlet déclare : "Le fichier de codes barres de l’aquarium est une simple série de chiffres, sur lequel n’apparaît effectivement aucun nom. Mais il est très possible de le croiser avec un fichier nominatif. Il tombe donc sous le coup de la loi Informatique et libertés, et doit donc être rapidement mis en conformité."

Plus que le cas spécifique de l’aquarium de Lyon, Michel Bouissou évoque un problème de principe. Il affirme : "On ne peut pas mettre en place ce genre d’outils à la légère, sous le prétexte que pour l’instant, les gens trouvent que c’est un gadget futuriste et rigolo. Le jour où ils vont réellement commencer à se généraliser dans les lieux publics, les systèmes biométriques vont créer un environnement que les citoyens risquent de ne plus trouver rigolo du tout."

Le site de l’aquarium du Grand Lyon:
http://dzoo.free.fr/html/europe/zoo...

Le site de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil):
http://www.cnil.fr

Le site personnel de Michel Bouissou:
http://www.bouissou.net/

Le site de la Fédération informatique et libertés (Fil), dont Michel Bouissou est l’un des membres fondateurs:
http://www.vie-privee.org/

Knoppix-MiB, un CD-Rom qui protège la vie privée - développé par Michel Bouissou (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8620

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse