28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/04/2001 • 18h59

La LSI, (avant) dernière

La loi sur la société de l’information est en cours de transmission aux autorités consultatives de l’...tat. Une version du texte signé par Christian Pierret est en ligne.

Nouvelle étape dans le très long feuilleton de la Loi sur la société de l’information (LSI), la grande loi Internet du gouvernement Jospin. Le texte a été validé par Matignon pour transmission aux autorités consultatives et au Conseil d’...tat. Il pourrait être présenté au Conseil des ministres au début du mois de juin. Le site du quotidien Les ...chos a mis en ligne, jeudi 5 avril, une version du projet de loi non datée mais remontant vraisemblablement au 30 mars. Celle-ci ne diffère pas grandement du texte déjà présenté par Les ...chos dans le courant du mois de mars. Si l’ordre des chapitres a été sensiblement modifié, le projet de loi – souvent dénoncé comme un fourre-tout – concerne toujours la responsabilité des prestataires de services Internet, le commerce électronique, la cryptologie et la lutte contre la cybercriminalité.

Des hébergeurs civilement responsables

En matière de régulation, le texte a gagné en précision par rapport à la version présentée par Transfert.net avant les arbitrages entre les ministères. Le projet de loi applique aux hébergeurs de sites les dispositions prévues par la directive européenne sur le commerce électronique : ils seront civilement responsables du contenu des sites qu’ils hébergent s’ils n’ont pas réagi face à un site manifestement illicite. En contrepartie, il intègre une disposition de la directive qui les exonère de l’obligation de surveiller a priori les contenus hébergés. La future LSI introduira également un droit de réponse, mais l’idée d’obliger tout site à déclarer un directeur de publication a été abandonnée. Quant au Conseil supérieur de l’audiovisuel, sa compétence sur le Net sera limitée aux sites des télévisions et des radios hertziennes ou satellitaires, et ne devrait donc pas concerner les médias en ligne. Par ailleurs, un dépôt légal des sites Internet sera instauré à des fins d’archivages, qui sera à l’initiative des pouvoirs publics et entrera en vigueur trois ans après la publication de la loi.

Un registre antispam

Le texte introduit aussi des précisions concernant le stockage des données de connexion par les fournisseurs d’accès et hébergeurs. Sans doute suggérée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), une disposition du texte pose comme principe que ces données devront être effacées dès que l’utilisateur se sera déconnecté. Mais la loi précise ensuite que ce régime bénéficie d’une exception pour permettre à la justice de retrouver les traces de la navigation dans le cadre d’une enquête. De plus, les opérateurs de télécoms pourront "traiter les données en vue de les commercialiser". Une assurance donnée au e-commerce, qui rejoint les dispositions sur le spam : les internautes ne souhaitant pas recevoir de publicités non sollicitées devront s’inscrire sur un registre public.

La cryptographie suspecte

Conformément à ce que nous avions annoncé, l’utilisation de la cryptographie est présumée coupable. En d’autres termes, "les moyens de cryptologie sont d’utilisation libre", sauf s’ils ont servi à préparer, faciliter ou commettre, un crime ou un délit. En ce cas, la peine s’en trouve automatiquement aggravée, à moins d’avoir déchiffré les messages. En cas de refus de déchiffrer, la personne risque trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Dans le cas où un soupçon policier viendrait à déclencher une perquisition chez un particulier, qui pourrait dire si tel ou tel fichier crypté sur un disque dur a servi ou non à préparer, faciliter ou commettre un crime ou un délit ? La personne perquisitionnée serait donc présumée coupable quel que soit le contenu des fichiers... Pis, si des fichiers ont été cryptés des années auparavant et que la personne a oublié ou perdu les clefs, comment prouver qu’il ne s’agit pas d’un refus ? Par ailleurs, les défenseurs de la crypto se sont toujours élevés contre ce genre d’obligation de déchiffrement des messages, tout simplement parce que cela ne fait qu’aller à l’encontre des principes de base de la sécurité informatique sans pour autant empêcher les véritables criminels d’utiliser de la crypto forte.

Des professionnels mécontents

En matière de cybercriminalité, le projet prévoit d’aggraver les peines définies dans la loi Godfrain, qui permet depuis des années de réprimer la criminalité informatique. Le message est clair, répressif et va même à l’encontre de ceux qui sont censés lutter contre les cybercriminels. En effet, "le fait d’offrir, de céder ou de mettre à disposition un programme informatique conçu" pour réaliser une infraction informatique est puni des mêmes peines que celles prévues pour l’infraction elle-même. Ce qui risque de poser de sérieux problèmes aux spécialistes de la sécurité informatique qui, dans le cadre de leurs missions, sont souvent amenés à utiliser des programmes pouvant être utilisés de façon maligne. Même punition pour les administrateurs réseaux qui utilisent ces programmes régulièrement. Cette mesure, déjà présente dans le projet de Traité sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe, avait été dénoncée par les professionnels américains de la sécurité informatique, qui y voyaient une sérieuse entrave à leur métier et à la lutte contre le piratage informatique. Le Conseil avait alors adouci le texte.

L’article des Echos:
http://hightech.lesechos.fr/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse