24 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/07/2001 • 19h28

La corruption ? Une affaire d’Echelon

Un rapport officiel du département du Commerce américain avance que de "fortes présomptions de corruption" existent sur 400 contrats internationaux. Ou comment relancer le débat sur l’espionnage industriel, façon échelon.

Longtemps, le système Echelon d’écoute et d’interception des télécommunications a été dénoncé pour cause d’atteintes à la vie privée. De plus en plus, il en est question à propos de l’"intelligence économique", pour ne pas dire de l’espionnage industriel, que pratiqueraient les ...tats-Unis. Le rapport que vient de sortir le département du Commerce américain, "Addressing the Challenges of International Bribery and Fair Competition 2001", remet le couvert, en avançant qu’il existerait de "fortes présomptions de corruption" au sujet de 400 contrats internationaux, totalisant 200 milliards de dollars, conclus entre 1994 et 2001. Sur cette période, et parmi ces 400 marchés présumés corrompus, les entreprises américaines auraient perdu 100 contrats, équivalant à 30 milliards de dollars. Au cours des 15 dernières années, 112 pays auraient vu certains de leurs représentants officiels bénéficier de largesses de sociétés privées issues de 53 pays différents. Soixante-dix pour cent de ces derniers étaient pourtant signataires de la "Convention sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales" de l’OCDE. Rien qu’entre mai 2000 et avril 2001, la corruption des officiels aurait concerné 61 contrats gouvernementaux, totalisant 37 milliards de dollars. Durant cette seule période, les compagnies américaines auraient ainsi perdu, selon le rapport, au moins neuf contrats, soit quatre milliards. Voilà pour ce qui est de la corruption. Car la question est aussi de savoir comment les ...tats-Unis ont eu vent de ces "fortes présomptions"...

Les dîners de l’ambassadeur

Selon un représentant du Département du Commerce, cité de manière anonyme par NBC ("NBC : U.S. intelligence uncovers record overseas bribery"), la NSA serait particulièrement active en la matière. En 1995, déjà, James Woolsey, alors directeur de la CIA, avait expliqué le modus vivendi des Etats-Unis. Depuis 1977, le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) punit sévèrement les entreprises américaines qui ont recours à la corruption dans le cadre de contrats internationaux. Pourtant, d’autres ...tats sont moins regardants en ce domaine. Donc, il en va de l’intérêt national américain de consacrer une partie de l’appareil de renseignement à ce que l’on appelle désormais l’"intelligence économique". "Et quand nous avons vent de pareil cas (de corruption) - ce qui nous arrive régulièrement -, expliquait alors Woolsey, nous n’allons pas voir l’entreprise américaine concernée, mais le secrétaire d’état, qui envoie un ambassadeur américain expliquer au chef du gouvernement, ou au Roi, que les Etats-Unis sont particulièrement impliqués dans l’économie locale, et qu’il serait regrettable de tolérer de tels comportements." Ce qui fait que, parfois, c’est finalement une société US qui emporte le contrat. L’an passé, Woolsey avait même chercher à justifier l’espionnage de l’Europe par les ...tats-Unis, via Echelon, en arguant du fait que certains pays du Vieux Continent aurait recours à la corruption pour emporter certains contrats internationaux. Woolsey est d’ailleurs l’un des rares officiels, sinon le seul, à s’être exprimé sur l’utilisation de la puissance d’espionnage électronique des anglo-saxons aux fins de guerre économique.

Extension du domaine de la lutte

Quid de l’Europe  ? Sous l’impulsion de la France et de l’Allemagne, elle chercherait à se doter de son propre Echelon (voir Echelon  : communiquez, y’a rien à voir... )Le rapport de la commission d’enquête européenne sur Echelon, dont la version préliminaire a été publiée début juin, rappelait que la lutte contre la corruption est du ressort des forces de l’ordre, et non des services de renseignements. L’utilisation d’Echelon en vue de soutenir l’effort économique national des Etats-Unis relèverait donc de pratiques illégales, pour ne pas dire anticoncurrentielles. En outre, nos confrères de ZDNet révélaient fin juin qu’Echelon entraînait une grave crise de conscience au Japon (Secousses techno-diplomatiques entre le Japon et les Etats-Unis ). Le pays accueille, en effet, l’une des stations d’écoute, mais serait lui-même surveillé par la Nouvelle-Zélande, ainsi qu’en témoignerait la connaissance toute "particulière" qu’avaient les Américains de la position des officiels japonais lors de négociations internationales.

De son côté, Duncan Campbell, le journaliste britannique qui fait autorité sur la question, avançait, le 4 juillet dernier, que si les Etats-Unis venaient d’annoncer la fermeture de Bad Aibling, une station d’écoute américaine située en Allemagne, deux autres seraient en construction en Suisse et au Danemark. Selon Campbell, elles pourraient, à elles deux, fournir plus d’informations que ne le font les diverses stations réparties au Canada, en Australie et en Nouvelle Zélande (les trois pays "minoritaires" d’Echelon). De plus, les USA ont récemment promis à l’Espagne de leur fournir force renseignements concernant l’ETA. Les dirigeants de l’organisation séparatiste basque opérant régulièrement depuis le territoire français, c’est donc l’aveu implicite que les Etats-Unis espionnent d’ores et déjà les télécommunications françaises. D’autres accords de coopération auraient également été passés avec la Norvège, l’Italie ainsi que la Grèce (Lire Fight over Euro-intelligence plans).

NBC: U.S. intelligence uncovers record overseas bribery:
http://www.msnbc.com/news/599194.as... Addressing the Challenges of International Bribery and Fair Competition 2001:
http://www.mac.doc.gov/tcc/anti_b/a...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse