28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


31/10/2000 • 14h52

Le pirate était un flic... et un indic

Le STIC, méga base de données policière dénoncée depuis des années par les associations de défense des droits de l’homme mais aussi par des juges et des policiers, vient de connaître son premier "piratage". Le pirate ? Un flic.

Jean-Pierre Chevènement, Jacques Chirac, François Mitterrand, Jean Tiberi, Bernard Tapie, le juge Jean-Louis Bruguière, Jean-Paul Belmondo ou encore Alain Delon. Voilà quelques unes des 600 fiches personnelles et confidentielles du Système de Traitement des Infractions Constatées (STIC) qu’a pu consulter en toute illégalité un policier niçois de 43 ans. Ce fonctionnaire de la Police de l’air et des frontières fouillait cette gigantesque base de données policière pour le compte de la Grande Loge Nationale de France (GLNF), deuxième loge maçonnique française, où il occupe le rang d’adjoint du "Grand porte-glaive" (sorte de ministre de la justice, lui-même policier). Si l’on ne sait ce qu’il y a trouvé, l’objectif, avoué par le policier niçois, était de s’assurer du passé de certains des postulants à la GLNF, ainsi que de celui de ses membres à problèmes. Dénoncé par une lettre anonyme, il a été confondu à partir de son login et de son mot de passe, qu’il avait innocemment saisi lors de ses consultations "privées". Remis en liberté, il fait aujourd’hui l’objet d’une information judiciaire.

Un fichage systématique et incontrôlable

Révélée par Nice Matin et reprise par Libération, l’affaire est loin d’être anodine. Car elle constitue le premier cas constaté de piratage du STIC. Ce dernier conserve une trace de toute "mise en cause dans une procédure judiciaire". Autrement dit, que vous soyez simple suspect, mis en examen, condamné, innocenté ou bien victime, que l’affaire soit classée ou qu’elle bénéficie d’un non-lieu, la règle est invariable : vous êtes fiché. Alors qu’un casier judiciaire ne garde pas trace des affaires lorsque vous avez été blanchi, ce fichier-là, si. Même tarif pour le droit à l’oubli, qui permet d’effacer du casier judiciaire, au bout de quelques années, vos infractions passées. Sans même parler du fait de ficher les victimes...

De plus, les conditions d’accès sont telles qu’il est impossible, ou presque, à un particulier de savoir ce qu’il y est inscrit, encore moins d’en faire modifier le contenu. Initié par Charles Pasqua, le STIC a finalement été mis en œuvre par Jean-Pierre Chevènement l’an dernier et ce, malgré l’avis négatif de plusieurs syndicats de juges et policiers, ainsi que de nombreuses associations de défense des droits de l’homme. Henri Leclerc, ancien président de la Ligue des droits de l’homme, le qualifia ainsi de véritable "fichier de suspects, qui balaie la présomption d’innocence". L’association DELIS (Droits et libertés face à l’Informatisation de la société) rapporte ainsi que le STIC recensait déjà, au 1er janvier 1997, 2,5 millions de "mis en cause", 2,7 millions de victimes, 5 millions de procédures et 6,3 millions d’infractions.

En attendant la CNIL

Outre les problèmes propres à la franc-maçonnerie, dont les réseaux niçois font l’objet d’une attention toute particulière du procureur depuis quelques mois, l’affaire renvoie également aux collusions entre officines de sécurité privées et fonctionnaires des forces de l’ordre, de plus en plus nombreuses à mesure du développement des premières, et de l’accès facilité des seconds à de gigantesques bases de données. Quant au statut exact du STIC, on nage en plein flou juridique : après avoir reçu l’aval, assorti de quelques réserves, de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) en 1998, le Conseil d’...tat a quant à lui émis de vives critiques, demandant entre autres sa "mise à jour systématique" afin qu’y soient inscrits les classements sans suite, les non-lieux, les acquittements et les relaxes transmises par les parquets. La balle est aujourd’hui, et depuis des mois, dans le camp de la CNIL, qui ne s’est pas encore prononcée et qui n’a pas été en mesure de répondre à nos questions. En attendant, le STIC continue d’être utilisé, depuis plusieurs années, en toute impunité.

Le site de DELIS:
http://www.delis.sgdg.org/ L’article de Nice Matin:
http://portail1.nicematin.fr/journa...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse