27 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/09/2001 • 18h50

Les petits papiers de la vie privée

DELIS, un collectif d’associations et de syndicats défendant le droit à la vie privée, dresse un bilan plutôt désolant de la façon dont nos données sont livrées en pâture aux administrations publiques et privées.

La 23e conférence des Commissaires à la protection des données a-t-elle fait la part belle aux entreprises au détriment des structures qui défendent le droit à la vie privée ? Oui, répond, catégorique, Delis (Droits et libertés face à l’informatisation de la société), un collectif d’associations et de syndicats qui militent contre le flicage et le contrôle des citoyens. Une conférence de presse a donc été organisée en marge de ce "Mondial des données" parisien. Pour Daniel Naulleau, universitaire et membre de Delis, le lobbying du secteur privé touche au fonctionnement même de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), organisatrice de cette conférence. Pour l’universitaire, cette "autorité indépendante" est "une structure trop juridique où la société civile est fort peu représentée". Autre motif de dépit : les gouvernements successifs - qui se font fort de rappeler que la France fut l’un des touts premiers pays à légiférer sur la protection des données - n’ont eu de cesse, depuis, de chercher à écarter la CNIL de certains dossiers sensibles. Il en est ainsi de l’amendement Brard, adopté en catimini en décembre 1999 et qui permet l’interconnexion des fichiers fiscaux et sociaux alors même que cette question fut à l’origine de l’adoption de la loi "Informatique et libertés" de 1978. Même chose pour la loi relative à la vidéosurveillance, opportunément retirée de la compétence de la CNIL par Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur, ou encore de la légalisation du STIC, ce Système de traitement des infractions constatées créé lui aussi sous Pasqua en vue d’interconnecter les fichiers policiers. Ce fichier, qui avait valu au ministère de l’Intérieur de recevoir un Big Brother Awards en l’an 2000 pour défaut de conformité à la loi de 1978, fonctionnait donc en toute illégalité depuis 1995...

Texte flasque pour protection molle

La transposition, en droit français, de la directive européenne de 1995 relative aux données personnelles, illustre le manque d’entrain des gouvernements successifs en matière de protection de la vie privée. Alors qu’il aurait dû être adopté depuis 1998, le projet de loi qui organisait cette mise à jour de la loi de 1978, n’a été déposé à l’Assemblée que cet été, soit juste après la légalisation du STIC. Ceci alors que le texte retire justement à la CNIL toute compétence en matière de fichiers de "souveraineté" relatifs à la "sûreté de l’...tat, la défense, la sécurité publique ou la répression des infractions". Autrement dit : la CNIL n’aura plus droit de regard sur les fichiers policiers. Alain Weber, qui représente la Ligue des droits de l’homme au sein de Delis, parle de "texte flasque pour une protection molle", et évoque "un abaissement du niveau de protection malgré des effets d’annonce très forts". Meryem Mazrouki, de l’association IRIS (Imaginons un réseau internet solodaire), rajoute que "très curieusement, le projet de loi ne parle pas de l’Internet et reporte la protection des données personnelles sur le Net à d’autres textes". Le projet de loi sur la société de l’information (PLSI), qualifié de quadrillage administratif d’Internet par IRIS, prend ainsi en charge la conservation, et l’effacement des données de connexion. Or, la nature desdites données n’est pas spécifiée et il est prévu de les qualifier plus tard dans un décret. Exit le débat démocratique, donc. Autres déceptions : "l’instauration de pratiques de contrôle social" au travers des "fichiers sanitaires individuels accessibles par un identifiant permanent du patient (IPP)" dans le cadre de la mise en œuvre du "dossier de santé informatisé". Ainsi que les divers risques d’interconnexion des fichiers au moyen du NIR, ce "Numéro d’inscription au répertoire national d’identification des personnes physiques" que l’on appelle communément numéro de sécurité sociale. Comme le rappelait Daniel Naulleau, alerter l’opinion en matière d’atteintes à la vie privée a longtemps relevé d’une gageure car il faut expliquer en termes simples des problématiques dignes de la novlangue de George Orwell. Seul point positif : l’arrivée du Net aurait permis à la "jeune génération" de s’y intéresser comme jamais auparavant.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse