28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/09/2003 • 17h26

Matrix, nouveau projet de super-surveillance policière made in USA

"Effrayant", selon un policier en charge du projet

Un nouveau programme américain d’interconnexion des fichiers publics et privés est en phase de test depuis quelques mois : Matrix vise à optimiser l’échange d’informations en matière de terrorisme et de criminalité entre les forces de l’ordre, qu’elles soient locales ou fédérales. Qualifié d’"effrayant" par un des policiers en charge du projet, le programme semble intéresser au plus haut point plusieurs services de police et de renseignements qui n’ont, en temps normal, pas le droit d’agréger autant de données.

En novembre 2002, on apprenait l’existence du Total Information Awareness, un projet doté d’un budget de 245 millions de dollars sur trois ans et visant à placer tout quidam sous surveillance. Le programme était dirigé par l’amiral John Poindexter, personnage clef du renseignement américain, impliqué dans les scandales de l’Irangate et l’affaire des Contras mêlant ventes d’armes illicites et trafics de drogue.

Mauvais polar

Scandale médiatique aidant, notamment sous la pression des ONG de défense des libertés, Pointdexter a depuis démissionné, le projet a quant à lui subi un lifting -il a été renommé "Terrorism Information Awareness"-, avant de voir finalement, ce 26 septembre, son budget annulé.

Décidément peu regardantes envers le passé de leurs collaborateurs, les autorités américaines ont confié à un autre personnage tout aussi peu amène le soin de créer une nouvelle interconnexion de milliards de données personnelles concernant les citoyens américains.

L’information, révélée début août par le Saint Petersburg Times, n’a vraiment commencé à faire du bruit qu’après sa reprise par Associated Press et The Register, les 23 et 24 septembre dernier. Ils omettent cela dit un certain nombre de détails pour le moins croustillants de cette affaire digne d’un mauvais polar.

Le projet, ça ne s’invente pas, a pour nom Matrix, pour Multistate Anti-Terrorism Information Exchange. Financé par le Département de la justice américain, à concurrence de 4 millions de dollars pour l’instant, Matrix vise à optimiser l’échange d’informations en matière de terrorisme et de criminalité entre les forces de l’ordre, qu’elles soient locales ou fédérales.

6600 agences américaines connectées

A ce jour, 13 états participent au projet pilote et échangent leurs données via un réseau sécurisé intitulé RISS (pour Regional Information Sharing Systems). Celui-ci vise également à échanger des informations, et coordonner les efforts des forces de l’ordre en matière de lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme, la cybercriminalité, les gangs et autres organisations criminelles.

Pas moins de 6600 agences américaines sont connectées au Riss : du commissariat de quartier à la Drug Enforcement Administration (DEA), en passant par les douanes, le FBI ou les services secrets. Le projet inclue également des agences canadiennes, australiennes, portoricaines ou encore britanniques.

La différence entre les informations accessibles par le Riss et celles échangées via Matrix tient essentiellement en ce que ce dernier permet non seulement de consulter nombre de données criminelles ou administratives (permis de conduire, fichiers des plaques d’immatriculation, etc.), mais aussi des bases de données privées qui ne sont normalement accessibles qu’après obtention d’un mandat.

L’astuce du privé

L’astuce consiste à passer par un sous-traitant, lui aussi privé, et donc habilité à interconnecter des bases de données, ce que les autorités ne sont a priori pas autoorisées à effectuer, en vertu du Privacy Act, la loi de protection de la vie privée adoptée aux Etats-Unis en 1974.

Le Département de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security), créé dans la foulée des attentats du 11 septembre pour coordonner la lutte antiterroriste, serait prêt, selon le quotidien Washington Post, à investir 8 millions de dollars supplémentaires pour étendre Matrix au niveau national. Une broutille en comparaison des 3,2 milliards de dollars qu’il a confiés au Département de la Justice en 2003.

Matrix aurait donc de l’avenir. Phil Ramer, un des policiers en charge du projet, a déclaré au Washington Post : "C’est effrayant. Des abus pourraient être perpétrés : je peux tout savoir de vous et de vos voisins". Avant d’ajouter : "Notre principal problème aujourd’hui est que tous ceux qui en entendent parler veulent l’adopter."

Autre problème : la personnalité-même de l’initiateur du projet Matrix, un homme soupçonné d’être un ancien trafiquant de drogue, et d’avoir contribué au truquage de l’élection de Georges Bush.

"States Join in Building Terror Database" (AP):
http://story.news.yahoo.com/news?tm...

"A back door to Poindexter’s Orwellian dream" (The Register):
http://www.theregister.co.uk/conten...

"U.S. Backs Florida’s New Counterterrorism Database" (The Washington Post):
http://www.washingtonpost.com/ac2/w...

TIA: le Pentagone vise le contrôle total de l’information (6711.com):
http://www.6711.com/art/01n_tias.htm

Matrix reloaded: son initiateur est lui-même sur-fiché par les autorités (Transfert)
http://www.transfert.net/a9346

House vote stymies TIA spy plan
http://news.com.com/2100-1029-50822...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse