25 02 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/11/2003 • 17h38

Nucléaire : après l’opacité, le gouvernement prône la transparence

Roselyne Bachelot propose quelques demi-mesures pour renforcer l’information du public
 

Le 24 juillet 2003, un arrêté gouvernemental classait "secret défense" toutes les informations concernant les matières nucléaires, soulevant de vives protestations des associations. Mais dans le volet "sécurité et transparence nucléaire" de son projet de loi d’orientation sur les énergies, la ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Roselyne Bachelot-Narquin, réclame un renforcement des mesures visant à informer la population et à garantir la sécurité des centrales. Depuis le 7 novembre dernier, les internautes peuvent consulter ce texte et adresser leurs commentaires au ministère de l’Environnement.

Les dispositions concernant la sécurité et la transparence en matière nucléaire inscrites dans le projet de loi d’orientation sur les énergies s’articulent essentiellement autour de trois objectifs.

Deux textes contradictoires

Le plus étonnant d’entre-eux vise à renforcer l’information du public. Il contredit totalement l’arrêté du 24 juillet 2003, puisque selon l’article 4 du premier chapitre de ce nouveau texte, "toute personne a le droit d’obtenir, auprès des exploitants d’installations (...) et des personnes responsables de transports de matières radioactives, pour des activités excédant des seuils définis par voie réglementaire, les informations disponibles relatives aux risques (...) résultant des activités nucléaires (...) ainsi que les informations disponibles relatives aux mesures prises pour prévenir ou réduire ces risques ou expositions".

Selon le texte de la ministre de l’Ecologie et du Développement durable, ce droit à l’information du public incombe aux exploitants de centrales et aux responsables des transports. Des personnes qui, selon l’arrêté du 24 juillet 2003, ne sont pas tenues de divulguer ces informations, désormais classées "secret défense".

Toutefois, le projet de loi reste flou : il précise en effet que ces personnes peuvent "refuser de communiquer des informations dont la divulgation peut avoir pour effet de porter atteinte à la sécurité nucléaire". Or, c’est justement au nom "de la sécurité nucléaire" en général, et plus particulièrement dans le but d’éviter toute attaque terroriste, que les informations sur les transports et le stockage de matières nucléaires sont, depuis cet été, considérées comme de nature à nuire à la sécurité de l’Etat.

Informations sous tutelle

Le projet prévoit aussi de doter d’un financement de l’Etat les Commissions locales d’information (les Clis), chargées de recueillir et de diffuser, auprès de la population, des données fournies par les exploitants de centrales. Mais mis à part cette aide financière, les Clis ne bénéficient d’aucune disposition qui pourrait renforcer leur pouvoir. De plus, leur création reste l’initiative du président du conseil général du département d’implantation, et leur président est élu par les représentants des collectivités territoriales. Cette tutelle de l’Etat est régulièrement dénoncée par bon nombre d’associations de défense de l’environnement, qui fustigent le manque d’indépendance de ces commissions.

Le projet de loi de madame Bachelot-Narquin donne également plus de pouvoir aux inspecteurs de l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN). Les inspecteurs de cette instance pourront notamment pénaliser les exploitants qui "ne respectent pas les règles de sûreté ou de transparence". Mais, là encore, ces outils sont offerts à une institution dont l’indépendance et l’efficacité est souvent remise en cause par les défenseurs de l’environnement. Placée sous l’autorité conjointe du ministre de l’Environnement, du ministre chargé de l’Industrie et du ministre chargé de la Santé, l’ASN agit en effet "au nom de l’Etat". "En france, le ministère de l’industrie, actionnaire dans plusieurs entreprises du secteur nucléaire, est à la fois juge et partie. Cet été, pendant la canicule, EDF a négocié directement avec le ministère pour obtenir des dérogations concernant le rejet d’eaux chaudes des centrales, sans passer l’autorité de sureté du nucléaire. Cette autorité n’a pas d’autorité. Elle dépend directement des industriels", explique Frédéric Marillier, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France.

Le texte, qui sera présenté au parlement, est consultable depuis le 7 novembre dernier sur le site de l’Autorité de sûreté nucléaire. Les internautes peuvent "faire part de leur remarques sur ces dispositions" en envoyant un mail à l’adresse indiquée en bas du communiqué. Mais, contrairement à ce que semble indiquer cette adresse, le courrier ne parvient pas à la direction générale de l’ASN. Selon la chargée des relations presse de l’ASN, Olivia Penichou, ce courrier est en fait géré par le ministère de l’Environnement. Au moment de la publication de cet article, ses représentants, interrogés par Transfert, n’avaient pas donné d’indications sur le nombre, la nature du contenu et l’utilisation de ces messages. La transparence prônée par le ministère de l’Environnement semble encore relative.

Le projet de loi:
http://www.asn.gouv.fr/data/informa...

Le site de l’Autorité de sureté du nucléaire:
http://www.autorite-de-surete-nucle...

Le site du ministère de l’environnement et du développement durable:
http://www.environnement.gouv.fr

Les informations sur les matières nucléaires passent sous secret défense (transfert):
http://www.transfert.net/a9193

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse