28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/05/2003 • 15h30

OGM : le cyberlobbying des industriels décrypté

Petit précis de manipulations sémantiques par des spécialistes de la guerre de l’information

Intitulée "Le cyberlobbying ou les nouvelles logiques d’influence - Etude de cas : le débat sur les OGM", une étude cherche à décrypter les "manipulations" du site ogm-debats.com, émanation d’un groupement d’industriels de l’agro-alimentaire en faveur des Organismes génétiquement modifiés.

A l’origine de l’étude, la société de conseil en intelligence économique C4iFR a été créée en 2001 par cinq anciens élèves de l’Ecole de guerre économique (EGE), associés à l’un de ses fondateurs, Christian Harbulot.

Spécialisés dans la "communication d’influence", les "consultants infoguerre" de C4iFR se sont intéressés à ogm-debats.com en tant que cas d’école de ces sites "pots de miel" dont "l’objectif n’est plus de désinformer mais de convaincre, de persuader ou d’influencer l’opinion publique". Sans prendre parti en faveur ou contre les OGM, l’étude décrypte les mécanismes mis en oeuvre pour faire passer le message des industriels.

La grille d’analyse de l’étude est fortement influencée par les notions de "guerre cognitive" et de "Perception management" (PM). Le PM recouvre "toutes les actions consistant à fournir ou, au contraire, à camoufler une information à des audiences étrangères de façon à influencer leurs émotions, leurs motivations et leurs raisonnements objectifs".

Doctrine définie par le département de la Défense américain, le PM "commence par présenter les faits à l’état brut, puis modifie la perception de la population cible de façon à la rendre elle-même émettrice du message", explique l’étude de C4iFR.

Après avoir longtemps été "le fait d’acteurs contestataires issus de la société civile se réclamant d’une ingérence citoyenne", le "cyberlobbying" fait aujourd’hui partie intégrante des "stratégies d’influence" des grands acteurs politiques et économiques sur l’internet.

C4iFR, qui ne roule pas particulièrement pour les anti-OGM et ne cherche pas à prendre parti dans le débat, ne fait pas mystère de son "coeur de cible ". L’étude, vendue 300 euros hors taxe, s’adresse "en priorité aux départements marketing et communication des entreprises qui peuvent être aujourd’hui déstabilisées par des démarches informationnelles portant atteinte à leurs intérêts vitaux", et donc susceptibles d’avoir recours aux services proposés par C4iFR.

Neutraliser les critiques, discréditer et diaboliser

(GIF)
Illustration issue d’ogm-debats.com (c) GNIS

Le rapport détaille les stratégies déployées pour "mettre en confiance" et influencer les internautes, notamment les prescripteurs et "sources d’influence" que représentent les professionnels de la santé, les enseignants et les "jeunes". Objectif : désamorcer leurs critiques sur un sujet des plus polémiques.

Lancé durant l’été 2002, le site ogm-debats.com reprend le même type de charte graphique que celle des sites écologistes, avec des dominantes vertes et jaunes et des images bucoliques (épis de maïs sur fond de ciel bleu, etc.)

S’il ne le met pas clairement en avant, le site précise bien être une émanation de l’association Débats et échanges sur les biotechnologies en agriculture (DEBA) créée par "des sociétés actives dans le domaine des biotechnologies végétales" : Monsanto, Basf, Bayer CropScience, Dow AgroSciences, DuPont-Pioneer Semences et Syngenta.

Avancer masqué risquerait d’être contre-productif. Or, pour les industriels des OGM, il s’agit de "désamorcer les offensives adverses visant les failles de leur propre discours, (...) neutraliser les critiques en les anticipant (et) contrôler le terrain de la connaissance en le délimitant à leur avantage, tout en en simplifiant les problématiques".

L’utilisation poussée du terme "débat", répété à l’envi sur le site, présent jusque dans le nom de domaine et dans celui de l’association, vise à faire baisser la garde des critiques tout en "véhiculant l’idée de la neutralité", alors que les commanditaires du site sont pour le moins de parti pris.

Selon C4iFR, ogm-debats.com présente les principaux éléments de la polémique sous un jour "simplifié", voire "caricatural et parcellaire" de façon à endormir la méfiance du lecteur non-spécialiste. "Flattés dans son ego, (le lecteur) accepte beaucoup plus facilement les éléments nouveaux qui lui sont présentés", analyse l’étude.

Ogm-debats.com expose les arguments des anti-ogm, tout en prenant soin d’y répondre point par point. Encore une manière de désamorcer les critiques, en jouant sur une vraie-fausse neutralité.

"Guerre sémantique" et "dynamique d’infiltration perceptive"

(JPEG)
Une des images du quizz destiné aux "jeunes" (c) GNIS

A coup de statistiques économiques et agricoles, de propos de scientifiques, de professionnels de la santé et autres "experts en développement durable", le site soutient l’un des combats principaux des multinationales de génie biotechnologique, en dénonçant le moratoire européen sur la libre utilisation des semences et des produits génétiquement modifiés, et tout particulièrement l’attitude de la France.

Selon ogm-debats.com, les OGM permettraient de lutter contre la famine, de limiter le recours aux pesticides, d’améliorer la qualité de l’alimentation, d’enrayer la pollution et, in fine, de contribuer au progrès alimentaire, sanitaire, écologique, social et économique. Du coup, le site fait apparaître les anti-OGM comme des ennemis du progrès.

Les espaces dédiés aux médecins, enseignants et aux "jeunes" sont particulièrement révélateurs de ce que C4iFR définit comme une "guerre sémantique", ou encore d’une "dynamique d’infiltration perceptive de la société". Le quizz à l’intention des enfants est un modèle du genre, mêlant questions neutres et réponses nettement orientées. Autre exemple : un dessin montre un asiatique éternuant après avoir mangé du riz "toubêt", tandis qu’à ses côté, son ami sourit en dégustant un riz "hypoallergénique".

L’étude précise que "le site internet n’est qu’un des relais possibles dans une opération de PM", mais ne s’étend pas sur les autres armes des campagnes d’opinion virtuelles que sont la campagne de communication accompagnant le lancement du site web, son référencement ou encore les éventuelles intrusions sur les forums et listes de discussion.

Le cyberlobbying ou les nouvelles logiques d’influence
http://www.c4ifr.com/mod.php?mod=us...

ogm-debats.com
http://www.ogm-debats.com

infoguerre.com
http://www.infoguerre.com/

Ecole de Guerre Economique
http://www.ege.eslsca.fr/

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse