23 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/02/2001 • 17h48

Télé-flicage

En matière de "lutte contre la criminalité sur les réseaux", la LSI joue la sévérité : aggravation des peines déjà prévues par la loi Godfrain, autorisation de la télé-perquisition, criminalisation des outils de sécurité informatique et durée de conservation des logs étendue à un an.

L’avant-projet de loi sur la Société de l’information (LSI) procède tout d’abord à une mise à jour des articles du Code pénal portant sur les écoutes téléphoniques : "En matière criminelle et correctionnelle, si la peine encourue est égale ou supérieure à deux ans d’emprisonnement, le juge d’instruction peut, lorsque les nécessités de l’information l’exigent, prescrire l’accès par voie électronique dans un système de traitement automatisé afin d’y saisir des données qui y sont conservées." La rédaction est on ne peut plus floue : s’agit-il d’autoriser la "télé-perquisition" à distance, comme cela est prévu dans le cadre de la Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe ? S’agit-il d’autoriser la "saisie" de données informatiques transitant par les fournisseurs d’accès comme cela se passe avec le Carnivore du FBI ? On remarquera, au passage, que le texte est précédé d’une notule pour le moins révélatrice du flou artistique qui entoure la question : elle précise, en effet, que l’article en question est en "attente d’une note des ministères concernés pour justifier et expliquer cette disposition"...

Des pouvoirs discrétionnaires ?

Les différents ministères impliqués ne sont pas encore tombés d’accord sur la rédaction exacte du projet de loi : si la Chancellerie propose que cette télé-perquisition ne puisse avoir lieu "que s’il existe à l’encontre du propriétaire légal des données recherchées des indices graves ou concordants", le ministère de l’Intérieur propose la "suppression de cette condition". Et recommande que, tout comme un juge, une autorité administrative puisse demander la saisie de ces données : tout suspect d’un crime passible de deux ans ou plus pourrait ainsi être "télé-fliqué" sur simple requête du ministère de l’Intérieur. En comparaison, aucune perquisition à domicile n’est autorisée par la loi française sans décision d’un juge. De plus, et comme en ce qui concerne la cryptographie, il se sera pas possible de contester le rapport d’expertise ni de demander une contre-expertise : "La décision d’accès en vue de saisie (…) n’est susceptible d’aucun recours."

Sus aux hackers !

Par ailleurs, le texte prévoit d’aggraver les sanctions prévues au titre de la loi Godfrain, qui, depuis 1988, sert de socle juridique en matière de lutte contre la fraude informatique. Ainsi, le fait d’accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d’emprisonnement et de 200 000 francs d’amende (au lieu d’un an de prison et 100 000 francs d’amende). L’altération d’un système, la suppression ou la modification de données passent quant à eux de deux à trois ans d’emprisonnement et de 200 000 à 300 000 francs d’amende, etc. Autre modification fortement critiquée par les professionnels de la sécurité informatique : "Le fait d’offrir, de céder ou de mettre à disposition un programme informatique conçu pour permettre les infractions (…) est puni des peines prévues pour l’infraction elle-même ou pour l’infraction la plus sévèrement réprimée." Le problème a déjà été déjà soulevé à l’occasion du projet de Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe : les professionnels de la sécurité informatique sont fréquemment amenés à utiliser les mêmes outils que les pirates informatiques, ne serait-ce que pour tester les réseaux qu’ils doivent sécuriser.

Logs : un an !

La conservation des données de connexion a toujours été au cœur des principaux débats portant sur la cybercriminalité et la responsabilité des fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Jusqu’à présent, les FAI s’entendaient pour conserver ces "logs" pendant trois mois, conformément à une résolution du Parlement européen relative à la lutte contre la pornographie enfantine. Dans le projet de la LSI, cette durée de conservation serait portée à un an, conformément au souhait de la majeure partie des forces de l’ordre. La liste des données techniques à conserver sera fixée par décret, mais devra notamment comprendre les données relatives à la ligne téléphonique de l’usager, les dates et heures de connexion, les adresses URL consultées (sans pour autant avoir à enregistrer les pages visitées) ainsi que "les autres données relatives à l’usager (adresses IP, login, etc.)". Le volet relatif à la cryptologie obligeant les prestataires à remettre les clefs de déchiffrement, ce "etc." pourrait donc probablement valoir aussi pour les mots de passe. Si ces données "ne peuvent être communiquées que sur réquisition de l’autorité judiciaire", le ministère de l’Intérieur aimerait bien, quant à lui, pouvoir y accéder sur simple "autorisation de l’autorité administrative", sans qu’un mandat n’ait donc été délivré par un juge. Tout comme c’est le cas pour le Carnivore du FBI.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse