29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/07/2003 • 16h28

Tribune : "Beaucoup de bruits de bottes pour quelques pas-grand-choses" [Laurent Chemla]

Pour l’informaticien militant, le Mrap fait fausse route "en légitimant un Etat policier"
 

A 39 ans, Laurent Chemla est l’un des fondateurs associés de la société d’enregistrement de noms de domaine Gandi. Informaticien spécialiste des logiciels libres, il est également l’un des créateurs de l’Association des utilisateurs d’internet. En février 2002, il a publié aux éditions Denoël les Confessions d’un voleur, également disponible en ligne. Laurent Chemla est, enfin, le trésorier de l’association Transfert2, qui édite le site transfert.net. Laurent Chemla a assisté hier matin à la conférence de presse du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), qui présentait son rapport sur l’islamophobie en ligne, la galaxie Liberty-web et Sos-racaille (lire notre dossier). Il nous a adressé le texte qui suit :

En écoutant Mouloud Aounit parler des résultats de deux ans d’enquête, lors de la conférence de presse du Mrap d’hier matin, il était difficile de ne pas se demander : "Tout ça pour ça ?"

Selon les chiffres fournis par le Mrap, hélas sans plus de précision, deux ans de "nouvelle extrême droite" sur internet représenteraient 150 000 intervenants ( ?), 400 000 articles publiés, 15 procédures pénales et 18 signalements auprès du procureur. Je n’irai pas détailler d’avantage ces chiffres : sans autre information, ils diront de toute façon ce qu’on voudra leur faire dire (et le contraire bien entendu).

Mais ce qui étonne, dans tout ce dossier, ce n’est pas le nombre de racistes qui se servent d’internet pour étaler leur haine de l’autre à la face du monde : la possibilité de parler, masqué derrière un anonymat plus ou moins poussé, à travers une technologie sans visage, a toujours poussé certains humains à oser afficher une bassesse quotidienne qu’ils n’auraient de cesse de cacher s’ils devaient assumer leurs propos.

Le passage à l’acte est facilité par la technologie, même si cette dernière n’est évidemment pas responsable de la pensée imbécile qui sous-tend le racisme.

Ce qui étonne, ce n’est pas non plus, n’en déplaise au Mrap, le fait que la justice soit lente et inefficace sur internet : elle ne l’est pas là plus qu’ailleurs, au contraire. Quand on les interroge, les services spécialisés annoncent des taux d’élucidation des affaires supérieurs à ceux qu’affichent les services de police en charge des enquêtes hors du réseau.

Non, vraiment : ce qui surprend d’abord c’est l’absence totale de proposition concrète, en dehors de la sempiternelle "volonté politique" associée à son cortège de "Il faut que la police dispose de plus de moyens". Je suis désolé de le dire, mais on touche là comme ailleurs au degré zéro du discours social.

Technique et politique

Ce qui étonne, aussi, c’est le refus souvent répété de considérer les questions techniques et les problèmes que pourraient poser aux libertés fondamentales une quelconque responsabilisation des intermédiaires : "Ce débat là n’a pas lieu d’être et, puisqu’il est technique, laissons-le aux techniciens."

Mais voilà : en tant que technicien, je sais trop bien comme toute réponse technique qui ne va pas dans le sens espéré par les interlocuteurs politiques est tout simplement ignorée, repoussée au profit d’avis incompétents fournis par quelques spécialistes autoproclamés qui n’ont d’autre objectif que de s’assurer une place dans tel ou tel organisme de consultation.

Et bien sûr, comme on préfère botter en touche dès que les choix techniques deviennent des choix politiques, on finit par se retrouver avec des décisions politiques qui n’ont strictement aucune portée technique : "Il faut filtrer les sites illégaux", comme si c’était possible sans interdire l’utilisation du téléphone en France. "Il faut responsabiliser les fournisseurs", comme si ça n’allait pas porter atteinte aux libertés fondamentales.

Et ce qui gêne finalement bien d’avantage encore, à la réflexion, ce sont les projecteurs braqués sur ces quelques anonymes qui n’en espéraient certainement pas tant (merci beaucoup pour la pub, au revoir et à bientôt).

Car que veulent-ils en effet, ces racistes quotidiens qui n’osent leur médiocrité que planqués derrière tel ou tel anonymiseur, sinon qu’on les remarque, sinon que d’apprendre qu’ils ont réussi par leur discours à faire mal à ceux qu’ils haïssent ?

Quelle est leur existence en dehors de celle que les cibles de leurs diatribes veulent bien leur accorder ? Sans pour autant les ignorer, que seraient-ils aujourd’hui si, plutôt que de médiatiser une vente d’objet nazis, on se contentait de faire condamner, chaque jour qui passe, avec les moyens existants déjà, le nouvel anonyme qui se croit à l’abri de toute poursuite parce qu’il insulte les valeurs républicaines depuis son fauteuil ? Et quelle importance si les résultats n’atteignent pas 100 %, et quelle importance si les procès sont peu médiatisés, du moment que les condamnations le sont et qu’on affiche ainsi clairement que notre pays considère que la haine n’est pas une opinion ?

Mais non. Plutôt que de former la population en lui montrant ainsi, quotidiennement, que la haine est un délit, on préfère semble-t-il faire quelques exemples tapageurs dont le résultat (que ce rapport constate plus qu’il ne le dénonce) ne pourra être que de pousser encore d’avantage de ces pas-grand-chose à oser afficher ce qui leur sert de pensée pour atteindre, enfin, le Nirvana de la célébrité qu’ils espèrent. On préfère médiatiser encore d’avantage cette haine, pour se contenter de demander ensuite davantage encore de police. Comme si c’était la bonne solution, comme si ça allait servir le débat, comme si ça pouvait, miraculeusement, changer la mentalité des racistes.

On mesure dès lors toute l’ironie de la réponse qui me fut faite hier, lorsque je demandais pourquoi, au lieu de laisser des simples citoyens affronter seuls cette "armée de la haine" dénoncée par le Mrap, les diverses organisations anti-racistes ne venaient pas, elles aussi, défendre les idées qui nous sont chères dans les forums qui reçoivent chaque jour ces torrents de boue. On m’a dit "par manque de moyens", certes, et je ne peux que m’inquiéter moi aussi de la faiblesse de la mobilisation anti-raciste.

Mais on m’a dit aussi : "Pour ne pas légitimer leurs propos en leur répondant."

Mieux vaut, sans doute, légitimer un état policier en médiatisant ces mêmes propos sans y répondre.

Laurent Chemla

Racisme en ligne: l’affaire Sos-racaille (dossier Transfert.net):
http://www.transfert.net/d59

Sos-Racaille: le Mrap dénonce la naissance d’une "nouvelle extrême droite sur internet" (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9128

Liberty-web rassemblait l’extrême droite traditionnelle et les sionistes radicaux (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9127

Pour les anciens de Sos-racaille, la lutte continue (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9126

Le site du Mrap:
http://www.mrap.asso.fr

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse