28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


7/11/2001 • 18h30

Vie privée : la débâcle continue

La LSQ permet aux "ficheurs" de commercialiser leurs fichiers, les ...tats-Unis ne respecteront pas leurs (faibles) engagements en matière de protection de la vie privée, et cherchent à faire pression sur les eurodéputés. Souriez, nous sommes fichés.

"En vertu de la Convention européenne des droits de l’homme et conformément aux arrêts rendus par la Cour européenne des droits de l’homme, toute forme de surveillance électronique générale ou exploratoire pratiquée à grande échelle est interdite." La proposition de directive "concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques", adoptée par le Parlement européen, rappelle par deux fois le caractère hors-la-loi de toute forme d’espionnite technologique aiguë. Fervents défenseurs de la vie privée et des droits de l’homme, Mario Cappato, rapporteur du projet de directive, et la Commission des libertés et des droits des citoyens auquel il appartient, vont même jusqu’à proposer d’interdire l’utilisation des cookies et autres web bugs à moins d’en avoir reçu, au préalable, le consentement express de l’internaute. C’est dire si la "privacy" leur est chère, et pas sous l’angle du business des données personnelles, que la France semble vouloir suivre. Non seulement les pouvoirs publics français privilégient clairement l’opt-out (la possibilité de refuser de recevoir toute publicité) à l’opt-in (celle d’être interrogé et de dire oui ou non à la pub), et veulent donc brader nos données sur l’autel du marketing direct, sinon du spam, mais l’article de la LSQ qui intronise la surveillance de l’internet prévoit également la commercialisation des données de connexion enregistrées. Officiellement, en vue de lutter contre le terrorisme. Comme le souligne Jean-Christophe Le Toquin, délégué général de l ’Association des fournisseurs d’accès, à nos confrères de 01Net, "si l’on s’en tient à la lettre du texte, la justice civile est moins bien servie que le marketing".

À qui profite l’anti-terrorisme ?

De son côté, StateWatch, une ONG qui veille au grain en matière de libertés en Europe, a décidé d’effectuer une veille des projets de lois sécuritaires discutés suite aux attentats. Premières conclusions étonnantes : la majeure partie des propositions de lois étaient d’ores et déjà en discussion, sinon en préparation, les attentats n’ont fait qu’accélérer et intensifier le processus. D’autre part, les gouvernements disposaient, dès avant le 11 septembre, de tout l’arsenal nécessaire à la lutte anti-terroriste... Mais le sacrifice d’une partie de nos vies privées, au nom de l’anti-terrorisme, ne s’arrête pas là. La Federal Trade Commission, chargée de protéger la "privacy" aux ...tats-Unis, annonçait ainsi récemment que, suite aux attentats, elle ne chercherait plus à renforcer la protection de la vie privée des internautes américains. De son côté, un rapport du Cato Institute concluait, la semaine dernière, que le Safe Harbor, cet accord régissant les transferts de données personnelles entre l’Europe et les ...tats-Unis, était non seulement mal parti, mais qu’il risquait tout bonnement de ne pas aboutir. Raisons invoquées : l’absence de prise du conscience des entreprises américaines, les surcoûts auxquels elles devraient faire face, mais aussi l’incapacité, sinon l’absence de volonté, des forces politiques européennes à renforcer leur législation en la matière.

Bush à l’assaut des eurodéputés

Histoire de parfaire le tableau, le journal The European Voice rapporte que Georges Bush a adressé une lettre à Guy Verhofstadt, premier ministre belge mais aussi, et surtout, président de l’Union européenne, afin qu’il abaisse le niveau de protection de la vie privée des citoyens européens. L’effacement automatique des données prévu par la directive sus-citée est clairement visé, mais aussi, selon StateWatch, les directives de 1995 et 1997 portant sur la surveillance des télécommunications. Bush, appuyé par les Anglais, qui militent en ce sens depuis des années, arrivera-t-il à retourner les eurodéputés ? Le texte doit encore être voté le 13 novembre prochain, son adoption étant a priori prévu pour le printemps 2002. Notre confrère ZDNet rappelle que les forces de l’ordre américaines mènent, depuis des années, un intense travail de lobbying auprès de leurs homologues européennes, afin d’intensifier la surveillance du réseau. Selon The European Voice, plusieurs membres de l’ETNO, le lobby des télécoms, coopèrent d’ores et déjà avec les forces de l’ordre en matière de fichiers logs. Sauf qu’ils renâclent tout de même (pour des raisons financières) à accepter de les conserver pendant sept ans, ce que les Anglais, entre autres, cherchent à mettre en place. On rappellera simplement que la (Commission nationale de l’informatique et des libertés), tout comme le Parlement européen, ainsi que la Commission européenne, sans même parler des ONG et des instances professionnelles, prônent, quant à eux, une durée de conservation de trois mois, ce qu’avait d’ailleurs entériné le Conseil de l’Europe suite au tollé provoqué par son projet de traité sur la cybercriminalité.

StateWatch:
http://www.statewatch.org Le Parlement européen:
http://www2.europarl.eu.int
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse