20 02 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

Une alternative au copyright, ouverte, dans la langue de Voltaire

Simples à comprendre et à utiliser, disponibles sur internet, les licences Creative Commons ont déjà conquis un bon nombre d’auteurs. Ces licences leur permettent de mettre leurs créations numériques (textes, photos, sons, etc.) à la disposition de ceux qui souhaitent les utiliser, sous certaines conditions. La principale d’entre elle stipule que l’utilisation de l’oeuvre par son "emprunteur" ne doit pas poursuivre de but commercial. Conçues aux Etats-Unis, ces licences connaissent un succès encore essentiellement limité aux oeuvres publiées sur des sites anglo-saxons. Elles sont toutefois disponibles en plusieurs langues. Effectuée au CERSA (Centre d’Etudes et de Recherches en Sciences Administratives) de l’Université Paris-II, leur traduction française a été lancée en septembre 2003. Un premier document de travail sera dévoilé mercredi 26 novembre 2003, tandis que la version définitive est prévue pour en février 2004.

Creative Commons, à l’origine des licences du même nom, est une organisation à but non-lucratif logée dans les locaux de la fac de droit de la Stanford University. Elle compte Lawrence Lessig, célèbre juriste américain, spécialiste des questions de propriété intellectuelle et du droit du Net, parmi ses directeurs. Depuis sa création, en 2001, elle défend une conception de la propriété intellectuelle sur l’internet différente du copyright.

Creative Commons propose onze licences, applicables sur un large ensemble de contenus : textes, sons, photos, vidéos, cours en ligne, etc. Des sites comme celui du quotidien anglais Financial Times et celui de la BBC les ont choisies pour protéger leurs archives.

Ni copyright, ni copyleft

Les licences Creative Commons ne s’apparentent pas au copyright car elles autorisent toutes plus ou moins l’utilisation, la reproduction, la modification et la diffusion des oeuvres récupérées. Toutefois, il ne s’agit pas de "copyleft" non plus. D’une part parce que l’utilisation des oeuvres par un tiers doit répondre à certaines conditions, dont une utilisation non-commerciale de l’oeuvre. D’autre part parce que même si les licences Creative Commons s’inspirent de la licence GPL (GNU Public Licence ou copyleft) et qu’elles en partagent la philosophie, leur champ d’application s’étend au-delà du logiciel.

Les licences Creatives Commons sont déjà disponibles en plusieurs langues. Des versions existent pour l’Italie, le Japon, le Brésil, la Chine, la Finlande, l’Irlande et Taïwan.

La tranposition en droit français est en cours. Le CERSA (Centre d’Etudes et de Recherches en Sciences Administratives) de l’Université Paris-II, qui s’est porté volontaire, a été retenu pour cette adaptation. La traduction a été confiée à deux jeunes doctorants, Mélanie Dulong de Rosnay et Jean-Baptiste Soufron.

Cette traduction passe par une adaptation des licences au droit français. Une adaptation souvent délicate. Ainsi, le terme "licence" pose lui-même un problème. "Nous avons choisi de le traduire par ’autorisation’, même si le mot licence existe en tant que tel dans le vocabulaire juridique français, explique Mélanie Dulong de Rosnay. Nous avons préferé ’autorisation’, pour qu’aucune doute ne subsiste dans l’emploi des licences. Dans son esprit, Creative Commons demande à l’auteur d’autoriser l’utilisation de son oeuvre mais de ne pas céder la propriété."

L’adaptation bute sur le droit français

Autre aménagement : le droit moral du droit d’auteur, "une spécificité du droit français", précise Mélanie Dulong de Rosnay. Ses particularités : il oblige à citer l’auteur pour toute reprise de son oeuvre, et il est attaché à la création sans tenir compte du support d’expression. Alors que les licences Creatives Commons originales indiquent de façon précise les supports auxquels elles s’appliquent, le droit moral, attaché au droit d’auteur, peut protéger toute création, peu importe son mode d’expression : une chorégraphie par exemple.

La prise en compte de la société française de gestion des droits d’auteur de musique, la Sacem, pose également un problème aux traducteurs. "Dans certains cas, un musicien inscrit à la Sacem ne peut pas placer ses nouvelles oeuvres sous licence Creative Commons. Ceux qui veulent les utiliser doivent en effet obligatoirement reverser un pourcentage à la Sacem", explique Mélanie Dulong de Rosnay.

Pour le moment, la traduction en est à sa première étape : elle se présente sous la forme d’un document de travail. Mercredi 26 novembre, elle sera présentée aux membres de la communauté Creative Commons. Une fois publiée en ligne, tous les artistes, informaticiens et universitaires qui travaillent sur ce domaine pourront s’inscrire sur une mailing-list pour faire part de leurs remarques.

D’après Mélanie Dulong de Rosnay , il faudra au minimum un mois de discussion pour peaufiner le texte. La doctorante en sciences administratives devrait également présenter sa traduction aux prochaines rencontres d’Autrans (les Rencontres sur la Société en Réseau), début janvier 2004. Les licences définitives ne seront pas terminées avant février 2004.

Pourquoi ce délai ? "Parce que le droit commun et le copyright anglo-saxons n’ont rien avoir avec les droits d’auteurs français", note Mélanie Dulong de Rosnay . "Mis à part l’Italie, qui a publié son document de travail la semaine dernière, tous les autres pays fonctionnent avec un système juridique inspiré par le droit anglo-saxon. L’adaptation des textes leur pose donc moins de problèmes."

La guerre des licences

D’autres licences libres existent en France. Fondées sur la GPL, elles ne couvrent qu’un domaine précis des oeuvres numériques : "Art Libre" pour l’art contemporain, ou "Document Libre" pour les textes en général. L’arrivée des licences Creative Commons, avec leur large champ d’application, risque de leur faire de l’ombre.

"Ce n’est pas la concurrence que nous recherchons, mais plutôt l’interopérabilité," assure Mélanie Dulong de Rosnay. "Un document protégé par une licence libre devrait l’être avec une licence Creative Commons", précise-t-elle, tout en concédant "qu’il y aura certainement des problèmes de compatibilité entre licences."

La doctorante ajoute que "Creative Commons vise à la promotion, l’échange, l’utilisation et la réutilisation des oeuvres dans le cadre de pratiques de création collaborative". C’est sans doute cet esprit qui a intéressé les internautes qui ont placé leurs oeuvres, diffusées en France, sous la protection des licences américaines sans attendre leur version française. "C’est possible", confie-t-elle, "même si à l’heure actuelle, certaines des clauses sont sans doute inapplicables."

Creative Commons:
http://creativecommons.org

La licence Art Libre:
Art Libre : http://artlibre.org

La licence Document Libre:
http://www.documentlibre.org

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

19/11/2003 • 16h15

L’administration Bush va enfin avoir "sa" loi sur l’énergie
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse