27 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/11/2000 • 10h50

ARCHIVES 1.08 - Dossier Dissidence - Le réseau c’est nous

Valentin Lacambre, 33 ans, a fermé définitivement altern.org le 7 juillet dernier. Rideau sur le pionnier de l’hébergement gratuit et sans pub : 48 000 sites en rade ou obligés de se reloger ailleurs... La fin d’une époque ? Pas du tout, affirme Lacambre, le vrai combat est ailleurs


P-E. Rastoin
Comment s’est passé la fin d’Altern ?

La décision de fermer a été prise avec mes conseillers juridiques. L’idée était de savoir si Altern était encore gérable par un artisan comme moi : un mec seul, sans même un salarié, qui fait ses trucs dans son coin. Mes conseillers m’ont expliqué les devoirs qui, à cause du nouvel amendement Bloche voté en juin, seraient à ma charge : l’identification obligatoire des auteurs de pages Web, et puis les fameuses « diligences appropriées » qui, en gros, me contraignaient à couper un site que je ne trouvais pas conforme à la loi... Pour moi, ce n’était pas jouable. Faire des sondages, surveiller l’ensemble des sites hébergés, c’est à la portée d’un groupe industriel qui a les moyens d’avoir un service juridique, mais impossible pour un artisan.

La censure des « diligences appropriées » décidée par le Conseil constitutionnel ne vous a-t-elle pas rassuré ?

C’était effectivement une bonne nouvelle. Le 27 juillet, le Conseil a rappelé un principe simple : il est impossible de faire voter une loi qui mette des conditions à la liberté d’expression sans que ces conditions soient précisées dans la loi. C’est assez logique, on se demande comment un gouvernement socialiste a pu en arriver là. En revanche, la logique de l’identification préalable des internautes et de la responsabilité en cascade des prestataires a été maintenue. Pour moi, cela revient quasiment au même. Je ne pouvais pas continuer...

C’est la fin d’une époque ?

Non, je crois qu’il va se passer plein d’autres choses. D’ailleurs, l’intérêt d’altern.org est beaucoup moins évident aujourd’hui que lorsque je l’ai créé, en 1995. À l’époque, l’hébergement de sites Web était vraiment le truc que personne ne songeait à payer : ça devait être gratuit pour que les gens aient envie d’essayer de créer un site et de s’y exprimer. Aujourd’hui, les pages perso se sont complètement banalisées. Ce n’est plus l’essentiel. Désormais, l’idée est de repartir sur d’autres projets, comme un service de courrier électronique sécurisé. Pouvoir communiquer depuis son lieu de travail sans risquer d’être espionné par son patron est, en effet, quelque chose de capital. La surveillance du courrier est devenue un enjeu pour les gouvernements. En Angleterre, par exemple, la Rip Bill prévoit de poser des boîtes noires directement chez les providers. Au-delà du problème d’atteinte aux libertés, ces boîtes risquent d’être piratées et les informations dupliquées...

D’autres projets ?

Je vais filer un coup de main à ceux qui veulent prendre la suite d’altern.org et monter une mutuelle ou une coopérative d’hébergement. Je vais leur donner les logiciels et l’architecture informatique de mon ancien site. Comme ça, ils auront déjà une bonne base pour monter leur système. Je vais également aller au Sénégal, en novembre, pour aider à créer un équivalent d’Altern. Comme je ne peux plus le faire moi-même, je vais le refiler à qui je peux. Je ne vais pas laisser le truc partir comme ça...

Et sur le plus long terme ?

Il y a Ethernam : un service gratuit de protection des œuvres Internet. Les auteurs de page Web pourront disposer d’une preuve d’antériorité sur leur travail. Il n’y aura pas de notion de copyright, juste une date pour éviter que les contenus soient repris n’importe comment et par n’importe qui. Et puis, j’ai aussi un projet de monnaie électronique : ça fait des années que j’ai envie d’être une banque. La monnaie, c’est un des éléments du pouvoir de l’...tat, c’est ça qui est intéressant... Si je monte une banque, elle s’appellera la « banque de merdre ». Merdre, c’est le nom de domaine technique d’Altern. À l’origine, je cherchais un nom impossible à commercialiser. Merdre m’a semblé une très bonne idée car il est absolument impossible de faire de la publicité pour merdre.net...

Vous semblez très enthousiaste, carrément optimiste...

Pour l’instant, tout se passe plutôt bien. Il y a de plus en plus de gens connectés et les industriels, comme les gouvernements, paniquent. Le Réseau, avec son modèle horizontal de circulation de l’information déplait énormément à tous ceux qui sont accros aux hiérarchies traditionnelles. En plus, les mentalités changent. Tous les arguments débiles qui nous étaient traditionnellement opposés, du genre, « tous ceux qui luttent pour la liberté d’expression sont des anarcho-libertaires », « Internet est le royaume des nazis et des pédophiles », ou encore « Internet est une zone de non-droit », ne tiennent plus et commencent même à faire rigoler tout le monde. C’est devenu le genre de discours qui grille celui qui le profère.

Avez-vous le sentiment d’être dissident ?

Non, je ne suis pas un dissident, juste un artisan avec une conscience politique forte. Il y a une maxime des Virtualistes (1) que j’aime beaucoup : « Nous vous rappelons qu’il existe d’autres possibilités », vous n’êtes pas obligés de faire comme tout le monde. Moi, par exemple, avec Altern, je ne dépendais de personne, même si j’avais quelques milliers de clients. Quand on m’appelait et qu’on me disait « je suis bien à l’entreprise Altern ? », je disais « non, je ne suis pas une entreprise, je suis un être humain, et vous aussi d’ailleurs »... On peut profiter du Réseau pour inventer des tas de façons de fonctionner. Le peuple n’a jamais eu autant de pouvoir que sur Internet. Les vrais dissidents, finalement, ce sont les gouvernements et les marchands ; le Réseau, c’est nous ! C’est d’ailleurs pour ça que les industriels et les politiques sont terrorisés et cherchent à tout contrôler. On entre dans une société de plus en plus informatisée, avec fichage et traçabilité permanente des individus ; tout cet aspect concentrationnaire de la technologie informatique...

Vous allez vous bagarrer sur ce terrain ?

Il est certain que l’identification des internautes est un vrai point de tension. Quand on sort dans la rue, on n’a pas à décliner son identité. Il faut qu’il y ait trouble à l’ordre public pour qu’un policier te demande tes papiers. Alors est-ce que sur Internet ça va être pareil ou va-t-on devoir s’identifier a priori ? Jusqu’ici, il me semble qu’on est mal partis, notamment en ce qui concerne la loi sur la signature électronique, votée en avril dernier. Le texte ne précise pas la nature des « autorités de certification » qui garantiront les signatures. Tout va dépendre du décret d’application. Le problème est que plusieurs boîtes font actuellement du lobbying pour que ces « autorités » soient des entreprises privées : c’est grave, cela reviendrait à privatiser les cartes d’identité numériques. C’est pour ça que je réfléchis à l’éventualité de devenir moi-même une autorité de certification. C’est dans des domaines comme ceux-là que se trouvent les nouveaux enjeux du pouvoir. C’est pour cette raison que ça m’intéresse. Je suis curieux de nature. Donc, quitte à suivre toutes ces histoires, autant y participer.

(1) Artistes et hacktivistes, pionniers de l’Internet en France.

http://www.virtualistes.org
http://www.virtualistes.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse