29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/07/2000 • 11h56

Interpol deale ses infos au privé

Interpol et le secteur privé vont pouvoir améliorer leur coopération en matière de lutte contre la cyber-criminalité. ...change d’infos ou mélange des genres ?


©atomic tangerine
C’est une jolie alliance public/privé qui se prépare au nom de la lutte contre la cyber-criminalité. Les 178 pays membres d’Interpol (Organisation internationale de police criminelle) ont décidé de partager, d’ici peu, certaines de leurs informations avec des sociétés privées. À l’origine de ce projet, un discours prononcé par Raymond Kendall, secrétaire général d’Interpol, lors du sommet Internet Defense, co-organisé en mai dernier par AtomicTangerine (la "Mandarine atomique"), une start-up californienne. Kendall y avait déclaré qu’en matière de lutte contre la cyber-criminalité, gouvernements et forces de l’ordre ne disposaient pas des ressources (financières, humaines et technologiques) nécessaires. D’où l’appel du pied au secteur privé.

Auto-défense et assistance

Le débat vient d’avancer avec une déclaration commune de Raymond Kendall et de Jonathan Fornaci, CEO d’AtomicTangerine. "L’assistance d’Interpol peut améliorer l’autodéfense du secteur privé. Et les informations issues des sociétés privées peuvent être une aide substantielle pour les agences gouvernementales", expliquent-ils. Pour Simon Graveling d’AtomicTangerine, l’enjeu est simple : "ils ont accès à des informations sensibles, nous aussi, nous avons tout intérêt à les partager". Interpol dispose en effet d’informations relatives à la cyber-criminalité, l’espionnage industriel et autres domaines d’intervention propres aux forces de l’ordre, mais accuse bien souvent un temps de retard dès qu’il s’agit d’expertise technique. De leur côté, les sociétés privées, quand elles sont bien agencées, sont beaucoup plus réactives en matière de veille technologique, mais elles ne savent que très rarement qui va attaquer quoi, et quand. Selon Simon Graveling, cette coopération "proactive" permettra à tous de pouvoir anticiper les risques, la cyber-criminalité étant un frein au développement de l’Internet et notamment du commerce électronique.

La protection de la vie privée au cœur des débats

Si les modalités exactes de la collaboration restent à définir, on sait que les informations les plus sensibles ne seront diffusées qu’à un cercle très restreint de sociétés dûment agréées. Des débats passionnés agitent la communauté high-tech américaine : malgré un appel vibrant de la ministre américaine de la Justice, Janet Reno, le FBI refuse bien souvent de livrer des données aux sociétés privées. De leur côté, celles-ci refusent de révéler nombre des attaques dont elles ont été victimes, de peur d’entacher la confiance de leurs clients et des investisseurs. "Nous voulons rassurer le public : la protection de la vie privée est très importante pour nous et nous ne la sacrifierons pas sur l’autel de la lutte anti-cyber-criminalité", tient à rassurer Simon Graveling. Il serait même question d’intégrer à ce réseau un représentant d’un organisme de défense des libertés civiles

Pas de démarche commerciale

Reste à savoir quelle est la légitimité d’AtomicTangerine pour s’imposer comme leader moral du privé dans cette affaire. Si le site de la boîte est un mélange de design dernier cri et de phraséologie typique des start-ups, la "mandarine atomique" n’est pas, de l’aveu même de Simon Graveling, particulièrement spécialisée en sécurité informatique, même si elle a récemment investi dans securityPortal.com, l’un des sites de référence en la matière. Grâce à ses activités de conseil, son réseau comprend nombre de banques, compagnies de courtage, d’assurance et d’aviation ou encore les ministères américains de la justice et de la défense. Mais pas question, selon AtomicTangerine, de transformer la coopération avec Interpol en démarche commerciale : tout cela restera dans l’esprit d’entraide communautaire propre à Internet... Une jolie formule gratuite ? Réponse au sommet Internet Defense, à Londres en octobre prochain.

http://www.atomictangerine.com
http://www.atomictangerine.com http://www.interpol.int
http://www.interpol.int
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse