28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


17/09/2001 • 19h28

La crypto au banc des accusés

A coups de petites phrases, de déclarations truffées d’emphase voire d’appels à la résistance, pros et anti-crypto n’ont eu de cesse, depuis une semaine, d’attiser les braises sur l’autel du droit à la vie privée.

Comme toute crise majeure, les dramatiques attentats aux ...tats-Unis ravivent toutes les angoisses. Voire toutes les hystéries. Soupçonnée d’être un outil au service des terroristes, la cryptographie est ainsi au fil des jours de plus en plus montrée du doigt. Vénérable historien britannique des affaires militaires, John Keegan, chroniqueur patenté au London Daily Telegraph, appelle ainsi à l’interdiction pour tout opérateur internet de "transmettre des messages cryptés que même la NSA n’arriverait pas à déchiffrer, et à fermer d’office tout opérateur qui refuserait de s’y conformer. Les opérateurs étrangers, dit-il, qui chercheraient à résister devraient s’attendre à ce que leurs bâtiments soient détruits par des missiles de croisière."

La semaine dernière, le sénateur américain Judd Gregg demandait lui aussi la mise au ban de tout outil de cryptographie non muni d’une backdoor (porte dérobée) accessible aux agents de la National Security Agency (NSA), tout en réclamant une indispensable coopération internationale en la matière. La NSA, connue pour être à la tête du système Echelon, dispose, on le sait, d’une équipe de cryptographes, et de briseurs de codes à nulle autre pareille. De là à penser que tous les pays du monde, unis dans la douleur provoquée par l’attentat du World Trade Center, se placeraient sous la tutelle des services secrets américains, il y a un pas que personne n’a encore osé franchir. Cela dit, le Congrès américain a bel et bien voté la semaine passée un amendement autorisant, sous certaines conditions, un procureur à demander au FBI de placer un quidam sous surveillance électronique, le tout sans avoir à obtenir de mandat auprès d’un magistrat. De son côté, le procureur général John Ashcroft a annoncé samedi 15 septembre qu’il allait demander au Congrès d’accorder encore plus de pouvoirs aux forces de l’ordre en matière de surveillance et de mises sur écoutes.

En face, les défenseurs des droits de l’homme, de la vie privée et de la cryptographie se montrent particulièrement offensifs : ils n’entendent pas abandonner des droits fondamentaux au nom de la gravité de la situation. Car, comme le rappellent bon nombre de commentateurs, chaque crise de cette ampleur s’est doublée par le passé de mesures allant à l’encontre des droits fondamentaux. Or, les Américains ont déjà eu à se battre pour le droit d’utiliser la crypto. L’auteur de PGP, Phil Zimmermann a failli passer plusieurs années en prison pour avoir diffusé son programme. John Gilmore, co-fondateur de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), et John Young, du site cryptome.org, ont ainsi appelé à multiplier (et délocaliser à l’étranger) le nombre de sites proposant des outils de cryptographie.

De son côté, John Perry Barlow, ancien des Grateful Dead, co-fondateur de l’EFF et auteur de la Déclaration d’indépendance du Cyberespace, envoyait le jour même des attentats un e-mail à ses amis. Oui, il était en vie, mais le pire était à venir. Comparant ce qui venait de se passer à l’incendie du Reichstag (fomenté par Hitler en vue d’asseoir le régime nazi), il appelait ses pairs à ne pas laisser les terroristes, "alliés naturels des fascistes", entraîner le gouvernement à se doter des mesures "totalitaires" supplémentaires. On peut regretter l’emphase de ses propos mais il reste vrai que, depuis une semaine, les défenseurs des droits civiques et de la vie privée ne cessent de tirer la sonnette d’alarme. Pour Andy Müller-Maguhn, porte-parole du Chaos Computer Club (CCC), qui fêtait les 20 ans de son groupe la semaine passée, "les ...tats-Unis et les pays de l’OTAN vont tirer profit de ces attentats pour renforcer leur contrôle des communications". Philippe Zimmermann, le créateur de PGP, le plus connu des outils de crypto, interrogé par nos confrères de Futur(e)s, appelle ainsi les citoyens à ne pas laisser les terroristes obtenir une "seconde victoire" : "Que ce soit au Congrès, dans les tribunaux ou dans les colonnes des journaux, le pays a déjà débattu de cette question au cours de la dernière décennie. Et tous ensemble, nous avons décidé que la société avait plus à gagner qu’à perdre d’une cryptographie forte. Il ne faut pas oublier que la cryptographie sauve des vies dans le monde entier. Le logiciel PGP est utilisé par des organisations de défense des droits de l’Homme partout dans le monde, et spécialement sous les dictatures." Comme l’avançait Declan McCullagh, journaliste à Wired particulièrement au fait de ces questions, "la guerre de la crypto ne fait que commencer".

London Daily Telegraph
http://www.dailytelegraph.co.uk:80/... http://www.wired.com/news/politics/0,1283,46816,00.html
http://www.wired.com/news/politics/...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse