28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


18/02/2001 • 17h00

La curiosité des hackers est un vilain défaut

Madchat, portail de l’underground informatique français, vient de fermer par mesure de prudence. Un policier voulait le mettre en cause dans une affaire de piratage.

Madchat est mort. Le site de référence de la communauté informatique underground francophone, celui que visitaient aussi bien les script kiddies (apprentis pirates) que ceux dont le métier est de les surveiller, qui vit passer nombre d’ex-futurs hackers reconvertis dans la sécurité informatique, a finalement décidé de fermer. Après le coup de fil d’un commissaire de la police judiciaire. Tout commence avec le piratage, par deux mineurs de Versailles, du central téléphonique d’une société des Yvelines. Montant de la facture : 800 000 FF. Aux policiers, les pseudos phreakers (hackers téléphoniques) déclarent avoir trouvé le mode d’emploi de cette technique sur un e-zine underground, Cryptel, dont les rédacteurs sont eux aussi arrêtés, puis inculpés. Et tous renvoient à Madchat, portail des e-zines de hack francophones où l’on pouvait encore, jusqu’en janvier dernier, trouver Cryptel, comme des dizaines d’autres mags de h4X0rz (hackers, en langage underground).

Simple comme un coup de fil

Le commissaire Doublet, de la division économique et financière de la police judiciaire de Versailles, contacte alors Damien Bancal, journaliste du site Zataz, qui était le contact administratif de Madchat et qui en a marre d’être entendu par la police : c’est toujours lui qu’on vient voir, sous prétexte qu’il couvre l’actualité de l’underground. Résultat : énervé, il publie un texte pour expliquer une fois de plus ce que l’on peut faire, ou pas, et renvoie le commissaire vers Léo, le véritable responsable de Madchat. Le 31 janvier dernier, ce dernier reçoit un coup de fil... à 3 heures du matin : Léo vit aux ...tats-Unis, mais pas le commissaire Doublet, qui lui explique qu’il risque d’être mis en examen : "il est illégal de mettre un lien vers un site illégal, ou qui pourrait l’être, un article qui promeut un groupe de hacking est illégal, et l’on doit être en mesure de contrôler 1/ son contenu 2/ l’identité des participants (avec une adresse e-mail sur un fournisseur d’accès internet français)".

Internet=anonymat=pédophilie

Mais qu’est-ce qu’un site qui "pourrait être illégal" ? Et comment s’assurer de la légalité d’un site, et vérifier la conformité de tous ceux vers lesquels un webmaster est amené à faire un lien ? Interrogé par Transfert, le commissaire avance qu’"en deux-trois clics, on pouvait arriver aux e-zines" de Cryptel. Mais Yahoo, par exemple, a référencé Madchat dans sa section "hacking", offrant donc, en quatre clics seulement, la lecture de ce même contenu illégal... Quant à contrôler l’identité des auteurs avec une adresse e-mail chez un fournisseur d’accès français, rien de tel n’est jamais apparu dans la loi française. Mais, poursuit le commissaire, "quand on n’a rien à se reprocher, on met son nom, et les sites qui n’ont rien à se reprocher contrôlent l’identité de ceux qui y participent. Tout ce que je demande à l’hébergeur, c’est de connaître ses clients, ou de fermer le site." Et d’enchaîner avec la désormais classique équation internet=anonymat=pédophilie : "je préfère que les gens soient facilement identifiables, c’est un espace de liberté mais il y a tellement d’abus qu’on passerait notre temps à identifier des sites pédophiles." Le commissaire a beau avoir trouvé la véritable identité des contrevenants, rien n’y fait. Au final, Léo ne devrait pas être inquiéter, mais le policier a prévenu : "si les magazines Cryptel sont republiés avec des précisions pour pirater les lignes téléphoniques, ceux qui les diffusent sont aussi coupables que ceux qui les ont écrits." Des dizaines de sites, bien évidemment, diffusent toujours les écrits de Cryptel. Le commissaire les recherche "activement ".

Le crime de la curiosité

Les e-zines diffusés depuis des années par Madchat expliquaient comment entrer dans tel ou tel programme ou dans tel système informatique, et se réfugiaient derrière la traditionnelle excuse de tous les hackers : on fait ça par curiosité, il y a une différence entre expliquer comment fonctionne une serrure, et comment la fracturer. Ironie de l’histoire : trois semaines avant le coup de fil du commissaire, face à la criminalisation rampante de ce genre de curiosité, et au nombre galopant d’adolescents confondant allègrement curiosité et piratage, Madchat s’offrait, selon les propres termes de Léo, "le luxe de passer dans la légalité française." Il renonçait à ce qui avait fait sa renommée (le côté fourre-tout de la bibliothèque d’e-zines controversés) pour mieux se recentrer sur la promotion de la sécurité informatique et de la liberté d’expression.

Mais Madchat restait pénalement responsable de ses diffusions antérieures. Aussi a-t-il in fine décidé de fermer le site, après 3 ans d’activités, et malgré les 1000 et quelques visiteurs quotidiens. Léo n’aimerait pas être cueilli par la police le jour où il reviendra en France... Aujourd’hui, Madchat est gelé, et renvoie au célèbre texte du Mentor, La Conscience d’un hacker, daté de 1986 : "Nous recherchons la connaissance... et vous nous appelez criminels. Oui, je suis un criminel. Mon crime est celui de la curiosité. Je suis un hacker, et ceci est mon manifeste..."

http://www.zataz.com
http://www.zataz.com http://www.madchat.org
http://www.madchat.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse