03 09 2014
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/11/2003 • 13h50

"La radioactivité d’une montre au tritium est 1000 fois plus élevée que dans la nature" [Roland Desbordes]

Le président de la Criirad dénonce la vente illégale mais généralisée de montres radioactives

Selon une enquête de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), une grande quantité de montres vendues en France contient du tritium, une forme radioactive de l’hydrogène. Utilisé pour faire briller les aiguilles et les cadrans, le tritium peut être respiré ou entrer dans l’organisme à travers la peau au niveau du poignet. Selon Roland Desbordes, physicien, président de la Criirad, le taux de radioactivité présent dans ces montres, interdites à la vente depuis avril 2002, dépasse les normes internationales. Mais ni les consommateurs, ni même les employés de l’industrie horlogère ne semblent au courant des dangers potentiels du tritium.

Quels sont les fabricants de montres qui utilisent du tritium ?
Roland Desbordes : Ce sont principalement des fabricants suisses et américains, comme Omega, Berreta, Baume & Mercier ou Fortis. La liste de ces montres serait trop longue à publier et nous n’avons pas les moyens de tester tous les produits. Nous avons rédigé à l’attention des consommateurs un test simple pour savoir si leur montre contient du tritium ou pas. Nous pouvons envoyer ce protocole par courrier à tous ceux qui le souhaitent.

Est-ce qu’on continue à utiliser le tritium en France ?
Il n’y a pratiquement plus de fabricants de montres en France, mais certains ateliers de maintenance sont concernés. La durée de vie du tritium est limitée : tous les 7 ou 8 ans, des montres doivent être retraitées pour continuer à briller. J’ai demandé à des techniciens d’un atelier de maintenance de Breitling à Besançon ce qu’ils employaient. Ils m’ont répondu "des flacons de tritium", sans savoir que le produit qu’ils manipulent quotidiennement est radioactif ! C’est d’ailleurs le même problème avec les bijoutiers, qui n’ont pas conscience de vendre un objet "à risque". Nous sommes face à l’ignorance totale de la profession vis-à-vis de ce problème.

Que risque-t-on en portant tous les jours une montre qui contient du tritium ?
Une montre est en contact direct avec la peau. Le tritium ne peut pas être confiné, il pénètre par la peau et irradie l’intérieur de l’organisme. Nous avons mesuré le taux de radioactivité dans l’urine d’une personne qui a porté une montre plusieurs heures : ce taux s’élève à plusieurs centaines de milliers de Becquerel par litre, mille fois plus que le taux "naturel". A ce niveau-là, ce n’est pas dangereux pour l’organisme, mais j’insiste sur la notion de risque. On dépasse ici les normes internationales de radioprotection. Il s’agit de faibles doses, qui sont en dessous des limites imposées par la norme ISO 3157, mais au-dessus du seuil "négligeable". C’est d’autant plus inquiétant pour une femme enceinte ou une personne fragile. Tout dépend bien sûr de la fréquence à laquelle on porte sa montre, de nuit comme de jour.

Pourquoi l’industrie horlogère continue-t-elle à utiliser le tritium ? Est-ce qu’il existe des produits de remplacement ?
Jusqu’à maintenant, les industriels étaient soumis à la norme internationale ISO 3157, élaborée par la profession. Cette norme autorise l’utilisation de tritium à l’intérieur de la montre et admet un certain taux de fuite de radioactivité. Cependant, elle viole les dispositions du décret 2002-460, qui interdit, en France, tout ajout de radioactivité dans les biens de consommation. Malgré tout, l’industrie horlogère utilise encore des procédés de fabrication aberrants, simplement par habitude. Les fabricants japonais ont développé de nouveaux produits de remplacement. Ils ont remplacé le tritium par de nouveaux procédés chimiques non radioactifs. C’est le cas du Luminova, mis au point par Seiko, ou du LumiBrite, développé par une société japonaise spécialisée dans les pigments. Ces peintures luminescentes se rechargent à la lumière ambiante et peuvent faire briller les montres pendant plusieurs heures.

Suite aux résultats de cette étude, que préconisez-vous ?
Nous voulons que le consommateur soit informé de la quantité de radioactivité présente dans le produit qu’il achète. Pratiquement aucune montre ne donne les bonnes indications, même sur la notice d’utilisation. La profession horlogère est totalement en tort vis-à-vis de l’acheteur. Nous aimerions mettre en place un logo, par exemple le logo nucléaire, sur toutes les montres vendues en France, qui serait barré ou non en fonction de la présence de tritium. D’ici quelques mois, nous recommencerons nos mesures. Nous irons sans doute jusqu’aux procès à l’encontre des fabricants non réglementaires.

Le site de la Criirad:
http://www.criirad.com

Le texte du décret no 2002-460 du 4 avril 2002 relatif à la protection générale des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants:
http://www.adminet.com/jo/20020406/...

En décembre 2000, le Canard Enchaîné dénonce des montres Carrefour contaminées au cobalt:
http://membres.lycos.fr/mat66/news_...

L’étude de l’Association suisse pour la recherche horlogère (ASRH) sur un nouveau matériau phosphorescent:
http://www.eiaj.ch/v2/futur_ingenie...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse