25 10 2014
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


7/11/2003 • 13h09

Un député déplore l’incurie du gouvernement en matière de sécurité informatique

Certains prestataires ne présenteraient pas "toutes les garanties de sécurité". Qui a dit Microsoft ?

Dans son rapport parlementaire sur le volet renseignement du budget de la Défense nationale, le député UMP Bernard Carayon dénonce, à mots couverts, la main-mise de Microsoft sur les systèmes d’information du gouvernement. Déplorant le peu de cas que fait le gouvernement des questions liées à la sécurité informatique, et la faiblesse des moyens alloués à la Direction centrale en charge de ces questions, il plaide pour que la sécurité des systèmes d’information devienne "une priorité pour l’État".

Les infrastructures d’information et de communication du gouvernement français seraient-elles minéees de l’intérieur ? En tout cas, le rapport Carayon ne manque pas de tirer la sonnette d’alarme.

"Votre Rapporteur constate que les services de l’État et ses établissements publics utilisent, y compris pour des fonctions sensibles, des solutions informatiques étrangères (...) ne présentant pas, c’est le moins que l’on puisse dire, toutes les garanties de sécurité", peut-on lire dans le texte remis aux députés.

S’il ne prononce pas le nom de Microsoft, régulièrement critiqué pour les failles de sécurité trouvées dans ses produits, le message semble néanmoins clair, et l’idée commence à faire son chemin au sein de l’appareil militaire et des services gouvernementaux français.

Il y a deux ans, le général Desvignes, ancien chef du service central de la sécurité des systèmes d’information, déplorait le fait que "dans les forces armées, Bill Gates règne aujourd’hui en maître". Le même s’inquiétait récemment de l’indépendance informatique du pays, prônant ouvertement le recours aux logiciels libres.

Absence de doctrine

Bernard Carayon regrette également que "les ministères opèrent leurs choix sans contrôle, sans coordination, ni doctrine ou assistance". Pour lui, la Direction centrale de la sécurité des systèmes d’information (DCSSI), dont la mission se limite aujourd’hui aux aspects purement techniques, "devrait être consultée systématiquement lors des achats majeurs effectués par les administrations publiques".

Quand bien même la DCSSI se verrait confier de telles missions, il lui serait cependant difficile de pouvoir les remplir correctement, faute d’effectifs suffisants, ainsi que d’une réelle volonté politique en matière de sécurité informatique.

Alors que la DCSSI dispose aujourd’hui de 78 postes et de 29 mises à disposition (deux emplois d’ingénieurs des télécommunications sont prévus au budget 2004), sa cellule d’audit n’est aujourd’hui composée que de 6 personnes, chiffre qualifié de "dérisoire" par Carayon.

Comptez deux ans pour un audit...

En effet, "compte tenu de la charge de travail de l’équipe, un délai d’attente de 6 mois avant la prise en compte effective de la demande peut s’écouler", indique le rapport. L’évaluation en elle-même pouvant durer plusieurs mois, Bernard Carayon estime qu’"au total, il faut compter 18 mois d’attente pour un audit", certains ministères attendant des conclusions depuis près de deux ans.

Surtout, alors qu’il "est impératif que les systèmes d’information de tous les ministères de souveraineté soient testés", le député regrette le fait que "de nombreux services ne fassent l’objet d’aucune évaluation de la DCSSI", faute de l’avoir expressément demandé.

Il recommande donc de renforcer les pouvoirs de la Direction, en lui donnant "la possibilité juridique et les moyens matériels de détecter les failles" dans les infrastructures de communication des services gouvernementaux.

Déplorant "le défaut de sensibilité de l’État aux questions de sécurité", Carayon se permet même d’insister : "votre Rapporteur tient à souligner que la sécurité des systèmes d’information doit être une priorité pour l’État".

Le rapport Carayon sur le Secrétariat général de la défense nationale:
http://www.assemblee-nationale.fr/1...

La Drection centrale de la sécurité des systèmes d’information:
http://www.ssi.gouv.fr/fr/index.html

Un général de l’armée française s’inquiète de l’indépendance informatique du pays (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8955

La "guerre de l’information" tient salon (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a7492

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse