29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


22/08/2003 • 14h28

Avec les "hydroliennes", une société bretonne veut produire du courant grâce aux courants

La mer, une source d’énergie en vogue oubliée par EDF
 

Il existe une source d’énergie propre, abondante, renouvelable, pas chère, parfaitement prédictible et qui ne défigure pas le paysage : les courants maritimes. Un peu partout dans le monde, des projets de turbines électriques sous-marines voient le jour. En France, seule une petite société bretonne s’est lancée dans les "hydroliennes". Mais elle ne touche pas un centime d’EDF, qui préfère investir dans cette technologie... au Royaume-Uni.

Maquette des hydroliennes en action (DR) - 9.4 ko
Maquette des hydroliennes en action (DR)

Créée en 2000 à Quimper, Hydrohélix projette de construire des hélices activées par la marée d’une puissance de 1,2 mégawatt chacune, l’équivalent d’une grosse éolienne. Mais faute d’avoir encore su éveiller l’intérêt de l’Etat et d’EDF, les deux ingénieurs d’Hydrohélix vivotent grâce à une maigre subvention de 120 000 euros, débloquée en novembre 2002 par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Depuis, leur projet d’hydrolienne dort dans les cartons.

Les côtes françaises sont pourtant parcourues par des marées puissantes et régulières. Le Service hydrographique et océanographique de la marine (Shom) est capable d’en prédire les fluctuations cent ans à l’avance. Les marées sont le fruit de l’attraction de la Lune, dont les mouvements sont connus avec une précision sans défaut. Rien à voir avec le vent, dont les changements de direction et de force ne peuvent être anticipés que de quatre à cinq jours au mieux, avec une précision très approximative.

Contrairement aux éoliennes, l’énergie que les hydroliennes sont capables de produire peut donc être parfaitement planifiée.

L’équivalent de trois réacteurs nucléaires

Au large de Brest et de Cherbourg, la vitesse des courants est souvent supérieure à 12 km/h. Selon Hervé Majastre, l’un des deux fondateurs d’Hydrohélix, les littoraux breton et normand sont capables de fournir une puissance de 3 gigawatts (GW), soit grosso modo l’équivalent de trois réacteurs nucléaires. Des pointes à 6 GW seraient possibles pendant les périodes de vives-eaux.

La consommation instantanée d’électricité française se situe aux alentours de 50 GW. D’après Majastre, les courants marins pourraient donc fournir entre 6 et 12 % de l’électricité nécessaire à la France.

D’après Hydrohélix, il faudrait installer 4 500 hydroliennes au fond des mers pour parvenir à un tel niveau de production. Cela représente un rideau d’hélices de quelque 21 km, disséminé à moins de 6 km des côtes, entre les îles de Sein et Ouessant et face au cap de la Hague, dans le Cotentin (à quelques encablures de la célèbre usine de retraitements de déchets nucléaires...)

"Cela n’entravera pas la navigation", promet Hervé Majastre. Les hélices que Hydrohélix envisage de construire mesureraient 16 mètres de diamètre pour une structure de 20 mètres de haut au total. Elles seraient arrimées au fond de l’eau à une profondeur minimale de 25 mètres, largement en dessous du tirant d’eau des bateaux autorisés à naviguer à moins de 6 km de la terre. Les supertankers et autres cargos, eux, croisent plus au large. Quant aux chalutiers, ils ne sont pas autorisés à pêcher aussi près des côtes. Aucun risque pour les filets, donc. Les pales des hydroliennes tournent lentement (environ vingt rotations par minute) et ne risquent donc pas de débiter des tranches de colin.

Selon Hervé Majastre, le coût de production de sa turbine sous-marine ne devrait pas être supérieur à celui des éoliennes (entre 6,7 et 7,2 centimes d’euro par kW/heure, selon un rapport de la Commission européenne, contre 3,4 à 5,9 cts pour le nucléaire et 2,6 à 3,5 cts pour les centrales au gaz). Quant au coût d’investissement, il serait équivalent à celui des éoliennes (un euro le watt) et sensiblement inférieur à celui du nucléaire (environ 1,4 euro le watt).

Ces nombreux avantages semblent pour l’instant laisser EDF indifférent. La France est pourtant à l’origine des premiers pas de l’énergie maritime, avec la construction de l’usine marée motrice de la Rance, près de Saint-Malo, en 1966. Une seule filiale du producteur national d’électricité s’intéresse aujourd’hui aux courants marins, mais elle se trouve en Angleterre.

Le Royaume-Uni se jette à l’eau

London Electricity, fournisseur d’électricité de la capitale britannique racheté par EDF en 1998, a investi l’an dernier cinq millions d’euros dans Marine Current Turbines (MCT). MCT a mis en route début août une petite turbine de 300 kW. Une éolienne à double hélice de 2 fois 500 kW prendra bientôt le relais. MCT espère pouvoir connecter son dispositif au réseau de distribution électrique anglais entre novembre 2004 et mai 2005.

Le Royaume-Uni s’intéresse de près à l’énergie des courants marins. Des initiatives similaires à celle de MCT sont en passe de voir le jour en Ecosse et au Pays de Galles, financées par des consortiums associant les industriels et l’Etat. Les côtes de Grande-Bretagne profitent un peu partout de très fortes marées. Et la perspective du déclin annoncé des champs pétrolifères de la mer du Nord aiguillonne les autorités britanniques, qui investissent tous azimuts dans la recherche et le développement des énergies renouvelables.

Ailleurs, les sociétés Blue Energy au Canada, Hammerfest Stroem en Norvège et Enemar en Italie commercialisent déjà des systèmes de production électrique par les courants. Il s’agit pour l’instant de modestes installations "pilotes" d’une seule hélice (300 kW pour Hammerfest Stroem et 20 kW pour Enemar, dans le détroit de Messine). De nombreux projets d’usines électriques actionnées par les vagues existent également, au Pays de Galles, en Floride et en Nouvelle-Zélande notamment. Il s’agit de "serpents de mer" articulés d’une centaine de mètre de long : l’ondulation de la houle actionne des vérins qui produisent l’électricité.

En France, une seule PME, Iccap, installée à Brest, s’intéresse depuis 1998 à cette autre forme d’énergie propre et renouvelable qu’offre la mer. Avec un succès encore plus confidentiel que Hydrohélix.

Hervé Majastre suit avec une certaine amertume le succès naissant que connaît partout, sauf en France, l’énergie maritime. "Notre puissant lobby nucléaire continue à considérer avec condescendance l’hypothèse d’une prochaine crise de pénurie des énergies non renouvelables, alors que la production électrique française dépend à 75 % de l’extraction d’uranium", regrette-t-il.

EDF dispose aujourd’hui d’une puissance de 0,19 GW d’énergie éolienne et de 0,016 MW d’énergie solaire : à peine 0,5 % de la production nécessaire (environ 50 GW). Selon une directive européenne de septembre 2001, la France est censée faire passer de 15 à 21 % la proportion de son électricité produite à partir d’énergie renouvelable. Pour l’instant, l’essentiel de cette énergie est issu du réseau déjà très dense des barrages hydroélectriques, pratiquement parvenu à saturation.

Après un quart de siècle d’oubli de l’énergie maritime depuis la construction de l’usine de la Rance, il serait peut-être temps de se pencher à nouveau sur une source d’énergie propre, qui semble bien plus avantageuse que l’éolien.

Marine Current Turbines Ltd. (MCT):
http://www.marineturbines.com

Blue Energy:
http://www.bluenergy.com/index2.html

Une étude du Conseil mondial de l’énergie sur l’énergie des courants:
http://www.worldenergy.org/wec-geis...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse