28 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/09/2003 • 13h25

Les Etats-Unis à marche forcée vers le vote électronique

Le Maryland préfère les logiciels à trous aux cartes perforées

L’Etat du Maryland maintient sa commande d’écrans tactiles de vote électronique à la société Diebold Election Systems pour un montant de 55,6 millions de dollars, malgré un audit publié hier qui confirme les failles du système révélées cet été par une équipe de scientifiques de la prestigieuse université Johns Hopkins. De nombreux chercheurs en informatique condamnent la mise en place à marche forcée du vote tout électronique, censé résoudre d’ici à 2006 le problème de la défaillance des désormais fameuses poinçonneuses à bulletins.

La technique de vote électronique vendue par Diebold "comporte un niveau de risque très élevé", selon l’audit rendu public hier par l’Etat du Maryland. Les défaillances de sécurité du logiciel l’expose aux attaques de hackers ainsi qu’à la fraude électorale. Cet audit sévère marque un nouvel épisode dans l’âpre controverse sur le vote 100 % électronique.

Le 19 juillet dernier, le Maryland signe avec Diebold le plus gros contrat de la brève histoire de l’e-vote (55,6 millions de dollars), lui passant commande de 11 000 terminaux électroniques à écran tactile. Quatre jours plus tard, trois scientifiques de l’Information security institute de l’université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland), ouvrent le feu en publiant un rapport accablant énumérant les nombreuses failles du logiciel Diebold en matière de sécurité informatique. Les chercheurs font mouche. Le 5 août, le gouverneur Républicain du Maryland, Robert L. Ehrlich, réclame une expertise indépendante dont les conclusions, remises le 2 septembre, n’ont été ont été publiées qu’hier.

Au sortir de la conférence de presse de présentation de cet audit, Jim Pettit, porte-parole du comité électoral du Maryland, confirmait tout à la fois : d’une part, les défaillances du système Diebold en matière de sécurité ; d’autre part, le maintien du contrat signé avec Diebold. Pour résoudre le paradoxe, Pettit a annoncé la mise en place d’un plan d’action pour sécuriser le système électoral, censé réparer les défauts du logiciel d’ici aux primaires de l’élection présidentielle, prévues au printemps prochain. Première personne à avoir révélé ces défauts, le professeur Aviel D. Rubin, directeur technique de l’ISI, s’indigne : "Alors que le résultat de l’audit confirme les défaillances que nous avions soulevées, le Maryland nous annonce que nous allons tout de même voter avec ces machines !"

Le vote électronique à marche forcée

Depuis le gigantesque bug (non informatique) de l’élection présidentielle de novembre 2000, les Etats-Unis cherchent désespérément à remédier à la vétusté de leurs équipements électoraux. A l’origine de la controverse lors du duel final George W. Bush versus Al Gore et du laborieux recomptage des voix en Floride : les machines à punch cards (cartes perforées) utilisées depuis 1964 aux Etats-Unis. La crainte qu’un tel scénario catastrophe ne se reproduise à l’occasion de l’élection du gouverneur de Californie a poussé la semaine dernière la 9e Cour d’appel fédérale de San Francisco à envisager, un temps, de repousser le scrutin.

Votée par le Congrès américain fin 2002, la loi fédérale baptisée "Help American Vote Act" (HAVA) prévoit le remplacement des vieilles poinçonneuses par le vote électronique d’ici à 2006. Budget de l’opération : 3,9 milliards de dollars. Parmi les entreprises en bonne place sur ce juteux marché figure Diebold Election Systems, basée dans l’Ohio et spécialisée dans les terminaux de vote électronique à écrans tactiles appelés AccuVote-TS. Dans ce système tout électronique, l’électeur, identifié grâce à une carte à puce, choisit son candidat sur l’écran et son vote est directement enregistré dans le disque dur du terminal.

Dès les élections générales de novembre dernier, 33 000 de ces postes AccuVote-TS avaient déjà été utilisés dans 37 des 50 Etats américains, dont 22 000 en Géorgie. Dans la course au vote électronique, le Maryland arrive bon second : en mars denier, l’Etat de la côte Est a acheté à Diebold 5 000 postes à écran tactile pour 17 millions de dollars.

Des bugs "dignes d’informaticiens débutants"

Seulement, depuis un an, le système de sécurité de Diebold a été mis à mal à plusieurs reprises. En mars dernier, lors d’une élection primaire dans le comté californien San Luis Obispo, le logiciel Diebold avait laissé filtrer le taux d’abstention, qui avait été mis en ligne bien avant la fermeture des bureaux de vote. Puis, au printemps, un hacker est parvenu à accéder à des serveurs confidentiels de Diebold et à prélever des données dont l’entreprise reconnaît elle-même le caractère sensible.

Ces failles n’étonnent guère Aviel D. Rubin et ses collègues de l’ISI. En janvier dernier, ils avaient pu récupérer le code du logiciel interne des machines à voter de Diebold, qui traînait par erreur sur le réseau... Après plusieurs mois d’analyse du programme, les scientifiques découvrent de nombreux bugs, "dignes d’informaticiens débutants", selon Rubin. Cryptage inexistant ou défectueux, manque de sécurité au niveau du logiciel, carte à puce aisément falsifiable : pour truquer une élection ou voter plusieurs fois, tous les coups semblent permis avec le logiciel Diebold !

Controverse autour d’un bout de papier

De nombreux autres informaticiens contestent la fiabilité des systèmes actuels de vote électronique. Ils réclament le report de la date butoir de 2006, afin de laisser le temps au gouvernement fédéral de définir des standards de sécurité bien plus exigeants. Certains insistent sur le caractère invérifiable du vote 100 % électronique et sur la nécessité de conserver une sauvegarde sur papier.

Dans cette hypothèse, la machine à voter délivrerait un coupon confirmant le vote, qui pourrait être utilisé lors du recomptage des voix ainsi qu’en cas de contestation du scrutin. Le sénateur Républicain Rush Holt a récemment proposé d’amender la loi HAVA dans ce sens. "Tant que le Congrès n’aura pas amendé cette loi, a déclaré le sénateur, ni les électeurs, ni les élus ne pourront être sûrs que les ordinateurs comptabilisent correctement les votes."

L’échec ridicule du scrutin de la dernière élection présidentielle américaine occupe encore les esprits. Mais l’empressement à imposer le vote électronique se tempère. Aviel D. Rubin prévient : "Le système de vote électronique en est à ses premiers pas, aux hommes politiques de ne pas précipiter les choses".

Le rapport publié par l’Information security institute (ISI) de l’université Johns-Hopkins:
http://avirubin.com/vote

Réaction de Diebold Election System (pdf):
http://www2.diebold.com/checksandba...

Réponse des universitaires:
http://avirubin.com/vote/response.htm

Le site personnel d’Aviel D. Rubin, directeur technique de l’ISI:
http://www.avirubin.com

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse