29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/09/2003 • 17h24

Le père du projet de surveillance policière Matrix a un lourd passé

Ex-trafiquant de drogue et impliqué dans le trucage de l’élection de Bush

mis à jour le 29 septembre

Les autorités américaines testent depuis quelques mois un nouveau projet d’interconnexion des fichiers afin de lutter contre le terrorisme et la criminalité. Intitulé "Matrix" (sic), ce placement sous surveillance des citoyens américains utilise un tour de passe-passe consistant à sous-traiter à une société commerciale une opération de fichage que les forces de l’ordre ne peuvent légalement effectuer. Par ailleurs, le père du projet, Hank Asher, un multimillionnaire qui a bâti sa fortune sur l’agrégation et la revente de données personnelles, est soupçonné d’être un ancien trafiquant de drogue. Ainsi que d’avoir contribué, indirectement, à l’élection contestée du président George Bush, en permettant la purge de listes électorales en Floride.

Hank Asher est devenu millionnaire en créant plusieurs sociétés de collecte de données personnelles. La plus connue, Database Technologies (DBT) été impliquée dans le scandale de décompte des voix lors de l’élection de Georges W. Bush.

Listes purgées

DBT avait en effet vendu un fichier truffé d’erreurs au cabinet de Jeb Bush, frère de l’actuel président américain, et gouverneur de l’état de Floride, qui s’en était servi pour expurger les fichiers d’électeurs de plusieurs milliers de personnes, des Afro-Américains pour la plupart. Ces personnes avaient été rayées, à tort, des listes électorales.

Lors de l’élection présidentielle américaine, Georges W. Bush n’a été élu que d’une centaine de voix, et nombreux sont ceux qui pensent que, sans le tour de passe-passe de son frère Jeb, c’est probablement le démocrate Al Gore qui serait aujourd’hui le président des Etats-Unis. Bien que les enquêtes officielles aient été étouffées, plusieurs commentateurs anglo-saxons défendent cette thèse, tels le journaliste d’investigation Greg Palast ou encore Joan Sekler, co-fondatrice du Los Angeles Independent Media Center et co-réalisatrice d’un documentaire sur le sujet actuellement diffusé sur la chaîne thématique Planète.

Plus-value et passe-passe

Ironie de l’histoire, c’est précisément suite à la consultation de bases de données gouvernementales qu’Asher a, en 1999, dû quitter sa société d’interconnexion des fichiers. Au passage, il a empoché au passage la somme de 147 millions de dollars.

Le FBI et la Drug Enforcement Administration (DEA) venaient d’interrompre leurs contrats avec DBT : Les agences fédérales venaient en effet de s’apercevoir que le contrat permettant à 1500 services policiers d’accéder aux données de DBT avait été initié par deux anciens membres de la DEA devenus par la suite vice-présidents de DBT. Mais surtout, les fichiers de la DEA révélait qu’Asher comme un ancien trafiquant de drogue.

Pilote d’avions, Asher résidait dans les années 80 sur une petite île des Bahamas utilisée par des trafiquants de drogue, et s’était retrouvé impliqué dans un réseau de cocaïne qui aurait rapporté 150 millions de dollars en une seule année. Les autorités lui auraient alors accordé une totale immunité en échange de sa collaboration en tant qu’informateur et témoin dans plusieurs procès. Ce deal lui aurait permis de n’être ni arrêté, ni inculpé.

Filtrer des milliards de données

ChoicePoint, une autre société spécialisée dans l’interconnexion de fichiers à destination, notamment, des forces de l’ordre, racheta DBT. Cet agrégateur est accusé, par le Canard Enchaîné et le site d’information Kitetoa, de n’avoir pas bien sécurisé ses bases de données.

Suite au rachat, Choicepoint accusa ensuite Asher d’avoir violé une clause de son contrat de cession, en se servant de la technologie qu’il avait déployée à DBT pour créer la société Seisint, capable de "fusionner et analyser des dizaines de milliards de données en quelques secondes ou minutes". Seisint est elle aussi spécialisée dans l’agrégation de données personnelles à destination, notamment, des forces de l’ordre.

"Un véritable ami"

En 1993, Asher a commencé à travailler avec l’administration en charge de la police de Floride, le Florida Department of Law Enforcement (FDLE) et est devenu un ami très proche du patron de ce service, James T. Moore.

Suite aux attentats du 11 septembre, Asher a proposé au FDLE de mettre en place, gratuitement, un système permettant d’interroger aussi bien les bases de données publiques que privées afin de mieux pouvoir lutter contre le terrorisme.

A l’origine de ces révélations, Lucy Morgan, une journaliste d’investigation co-lauréate du prestigieux prix Pulitzer en 1985.

La genèse de Matrix commence. Dans un document intitulé "Legislative Priorities 2003-2004"", disponible sur le site du FDLE, que l’on trouve mention d’un système nommé FCIC+.

Mis en place par Seisint, FCIC+ "améliore de façon significative les capacités d’analyses des forces de l’ordre, accroît le volume des données corrélées, et fait gagner un temps précieux" aux enquêteurs, selon le document de la police de Floride.

En interrogeant à la fois les données criminelles du FDLE, celles de l’institution carcérale et "une multitude de sources publiques et privées", FCIC+ se vante de "permettre aux utilisateurs autorisés de passer de plusieurs milliards d’entrées à quelques centaines seulement". Donc d’affiner les résultats de leurs recherches.

Doté d’un budget initial de 1,6 million de dollars, le système FCIC+ est, selon le document du FDLE, consultable gratuitement pendant trois mois par 600 agents des forces de l’ordre, avant d’être commercialisé, sous forme d’abonnement, à raison de 100 dollars par mois et par utilisateur.

Le 15 juillet dernier, à l’occasion de la fête organisée pour son départ en retraite, James T. Moore, patron du FDLE, avançait qu’Asher - qui était le seul civil invité - "avait fait plus que quiconque pour faciliter l’échange d’informations et de renseignements pour la police du pays". Et le chef des polices de Floride de conclure son portrait : "C’est un patriote, un véritable ami."

Démission mais remerciements

Le 1er août dernier, le FDLE a annoncé avoir conclu le contrat avec Seisint, FCIC+ ayant été renommé "Matrix". Le 2, un article de Lucy Morgan révélant le passé trouble d’Asher et le fait que plusieurs des subordonnés de Moore s’en étaient plaints auprès du gouverneur Jeb Bush.

En réaction, le FDLE a annoncé le 3 août qu’il était prêt à envisager toute proposition similaire et concurrente à celle de Seisint, dont le contrat était suspendu le temps de vérifier le passé d’Asher.

Toujours le 3 août, l’agence Associated Press interrogeait Martha Barnett, ancienne présidente de l’association du barreau américain. L’avocate juge Asher comme un "génie" en matière de nouvelles technologies. Tout en reconnaissant avoir entendu parler des accusations portées à son encontre, elle estime que le plus important n’est pas ce qu’il a pu faire dans le passé, mais les technologies qu’il propose aujourd’hui.

Le 30 août, le St Petersburg Times révélait qu’Asher venait de démissionner de Seisint, et que le FDLE confirmait le contrat passé avec la société.

Suite à l’annonce de sa démission de Seisint, l’enquête sur le passé d’Asher aurait été interrompue le 29 août dernier. Elle apporte tout de même une dernière touche au tableau : selon le rapport d’enquête du FDLE, transmis à Jeb Bush, Asher aurait aussi été impliqué dans un complot visant à assassiner le sandiniste Daniel Ortega, président élu du Nicaragua, alors en guerre contre les Contras, milices paramilitaires financées par les Etats-Unis.

Réécrire le passé

Le rapport du FDLE précise que le seul autre témoin de l’affaire visant Ortega est depuis décédé et que, cet épisode ne pouvant être corroboré, il constitue "l’aspect le plus problématique" du dossier Asher. Autre point invérifiable rapporté par le FDLE : en 1995, Asher aurait vendu des données policières à des trafiquants de drogue...

La biographie de Hank Asher a depuis été retirée de la page du site web de Seisint consacrée à ses dirigeants, mais on peut encore la trouver via le site archive.org.

Seisint n’a cela dit pas retiré de son site web la mention des différentes recommandations ou récompenses reçues par Seisint ou par Asher lui-même, émanant de l’association des chefs de police de l’état de Floride, de l’Association internationale des officiers de police, du service d’immigration, du FBI ou encore de la garde rapprochée du président (US Secret Service)...

Matrix, nouveau projet de super-surveillance policière made in USA (Transfert):
http://www.transfert.net/a9345

Les articles de Lucy Morgan (St. Petersburg Times):
http://www.sptimes.com/columns/morg...

"USA 2000: Chronique d’une fraude électorale", documentaire (Planete):
http://www.planete.tm.fr/detail_pro...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse