28 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


31/10/2003 • 16h54

Les Etats-Unis instaurent le fichage biométrique systématique des étrangers

Tous les visiteurs donneront leurs empreintes digitales aux douaniers et se feront tirer le portrait
 

A partir du 5 janvier 2004, pour entrer aux Etats-Unis, les étrangers devront donner aux douaniers, outre leurs papiers, leurs empreintes digitales et une photo d’identité. Ces documents obligatoires seront numérisés sur place, et entrés dans une base de données. Ces informations, biométriques et personnelles, seront comparées avec les fichiers policiers américains, afin d’autoriser, ou non, l’entrée de la personne sur le territoire. Généralisé à tous les postes frontières d’ici 2006, le programme baptisé "US Visit" est déjà critiqué pour son aspect liberticide et son potentiel d’erreur. Même à un taux très bas, ce critère pourrait entraîner le logiciel à faire refouler, par erreur, des dizaines de milliers de personnes.

Le département de la Sécurité intérieure américain (US Department of Homeland Security - DHS) vient d’annoncer qu’à compter du 5 janvier 2004, 115 aéroports et 14 ports maritimes seront équipés de terminaux biométriques. Ceux-ci permettront d’enregistrer, sur support numérique, une image du passeport des étrangers, mais aussi leur photographie, ainsi que les empreintes digitales de leurs deux index. La procédure sera obligatoire à l’entrée et à la sortie du territoire.

Etat d’exception généralisé

Depuis 2002, suite aux attentats du 11 septembre et dans le cadre du renforcement des mesures anti-terroristes, les représentants du DHS étaient déjà autorisés à mener une "procédure spéciale d’enregistrement".

Cette procédure, déclenchée à la discrétion des agents de la sécurité intérieure américains, permet de prendre les empreintes digitales et la photographie de tout visiteur étranger. A compter du 5 janvier 2004, elle sera systématisée pour entrer en vigueur dans tous les aéroports, ports et postes frontières des Etats-Unis à l’horizon 2006.

Empreintes et photos doivent permettre aux autorités américaines de refouler les étrangers indésirables, présumés terroristes ou criminels. Le système vise également à identifier plus facilement les fraudeurs ainsi que les personnes ayant dépassé la durée de visite autorisée au moment de leur sortie du territoire américain.

Base de données personnelles

Les identifiants biométriques, ainsi que les diverses données personnelles des étrangers, seront stockés dans une base de données du DHS, l’"Arrival/Departure Information System" (ADIS). Elle contiendra en outre des informations personnelles plus courantes comme les nom, prénom, pays d’origine, pays de résidence, adresse de séjour, numéro de carte d’identité...

En l’état, le programme ne mentionne pas explicitement les données contenues dans les "dossiers passagers" ("Passenger Name Records", PNR), que les autorités américaines exigent des compagnies aériennes étrangères, contre l’avis des autorités européennes.

Auront accès à la base de données les douanes, les services d’immigration, les services consulaires, ainsi que "les personnels appropriés des forces de l’ordre fédérales, gouvernementales et locales". En clair, la totalité des services policiers américains.

Objectif : 24 millions de fichés

Le nouveau programme a été baptisé "U.S. Visitor and Immigration Status Indicator Technology" (US Visit) et annoncé le 28 octobre dernier par Asa Hutchinson, sous-secrétaire à la sécurité des transports et des frontières du DHS.

Le DHS espère ainsi pouvoir ficher, dans un premier temps, environ 24 des 440 millions de personnes entrant sur le territoire américain chaque année (la majorité passe par les postes frontières routiers).

Par ailleurs, la procédure ne concerne pas les citoyens américains, pas plus que les Canadiens, qui pourront cela dit se porter volontaires pour être fichés de la sorte.

L’enregistrement des empreintes digitales et de la photographie d’identité ne devrait prendre, selon le DHS, que quelques secondes, et ne se substitue aucunement aux procédures déjà en vigueur.

L’obligation faite aux citoyens de 27 pays "amis" (dont la France) d’être en possession d’un passeport "sécurisé" à lecture optique entrera finalement en vigueur le 26 octobre 2004.

Le retour de la vidéosurveillance "intelligente"

US Visit est doté d’un budget de 380 millions de dollars pour cette année, et de 330 millions pour 2004. 10 employés sont actuellement chargés du programme, le DHS estimant à 292 le nombre total de personnes nécessaires à son déploiement (dont 177 personnels de sous-traitants privés).

Les terminaux ont déjà été commandés et commencent à être installés. 1000 machines capables de lire les données numériques et biométriques contenues dans les papiers délivrés par les douanes américaines ont ainsi été commandées à la société Anteon.

De son côté, la société Identix avance dans un communiqué de presse avoir remporté un marché estimé à environ 27 millions de dollars sur 5 ans pour livrer au DHS des terminaux électroniques de prises et vérifications des empreintes digitales. Plus de 130 de ces terminaux, reliés au FBI, sont déjà utilisés par les autorités américaines.

Identix s’était préalablement fait connaître pour avoir racheté la société Visionics, spécialisée dans la "vidéosurveillance intelligente". Ces solutions de reconnaissance automatisée des visages, fort médiatisées suite aux attentats du 11 septembre, s’étaient par la suite avérées défaillantes et sans réelle utilité.

Des dizaines de milliers de "faux positifs"

Le magazine technologique américain Wired rapporte que le General Accounting Office a le mois dernier publié un rapport qualifiant US Visit d’"initiative très risquée". L’office parlementaire d’évaluation souligne que le projet cherche à intimider les gens, et pourrait s’avérer bien plus onéreux que prévu, tout en risquant d’allonger de façon importante les files d’attente aux points d’entrée du pays.

Le taux d’erreur du programme US Visit ne serait que de 0,1 %, selon Wired, de moins de 1% selon le quotidien Government Computer News. Une telle marge représente tout de même des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes, qui, chaque année, risquent ainsi d’être bloquées par erreur.

L’Américain Bruce Schneier, dont l’expertise en matière de sécurité informatique fait autorité, avait, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, imaginé un tel scénario. Selon lui, même avec un logiciel ne produisant que 0,01 % de "faux positifs" (personnes identifiées, à tort, comme indésirables), la mise en place d’un tel système court à sa perte.

Financièrement, US Visit pourrait coûter bien plus cher que prévu au gouvernement américain, si les dizaines de milliers de personnes idéentifiées à tort étaient habilitées à porter plainte contre les autorités ou à réclamer un dédommagement financier suite aux complications administratives, retards d’embarquement, manques à gagner, détentions et refoulements injustifiés qu’un tel programme ne peut qu’entraîner.

"Department of Homeland Security Unveils US-VISIT Program" (DHS):
http://www.dhs.gov/dhspublic/displa...

Le site de US Visit (U.S. Visitor and Immigration Status Indicator Technology):
http://www.dhs.gov/us-visit/

Pour entrer aux Etats-Unis sans visa, il faudra un passeport "sécurisé" (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9051

"Anteon Awarded Department of Homeland Security Contract for Optical Card Readers and Biometric Verification Systems", communiqué:
http://www.corporate-ir.net/ireye/i...

"Department of Homeland Security Places Initial Order for Identix Biometric Live Scan Systems", communiqué:
http://www.shareholder.com/identix/...

"Identix Awarded BPA from U.S. Department of Homeland Security to Provide Biometric Livescan Systems, Services to Citizenship and Immigration Services and Other Departments Within DHS", communiqué:
http://www.shareholder.com/identix/...

"Cela ne nous a été d’aucune aide et ça n’avait aucune justification réelle", article sur les ratés de la reconnaissance faciale (Transfert):
http://www.transfert.net/a9172

La vidéosurveillance, c’est bidon (Transfert)
http://www.transfert.net/a7999

U.S. to Install Biometric Screens (Wired):
http://www.wired.com/news/technolog...

Homeland Security demonstrates U.S. Visit (GCN)
http://gcn.com/vol1_no1/daily-updat...

Biometrics in Airports (Bruce Schneier):
http://www.schneier.com/crypto-gram...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse