28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


6/11/2003 • 18h55

Un rapport décrit l’avancée du système d’écoute des télécommunications français

Les interceptions ont progressé de 400% en 5 ans. Mais il y a un déficit d’image...

Bernard Carayon a rendu le 22 octobre son rapport parlementaire sur le volet renseignement du budget de la Défense nationale, adopté le 4 novembre. Il révèle que les interceptions, en matière de télécommunications, ont progressé de 400 % en 5 ans, confirmant ainsi l’importance prise par le système français d’écoute "Frenchelon". Les services de renseignement manqueraient cela dit d’effectifs, selon le député UMP. Auteur d’un récent rapport sur l’intelligence économique française, il plaide pour une amélioration l’image de marque de l’espionnage, notamment auprès des grandes écoles.

Moins connu que son grand frère Echelon, le programme français de surveillance des télécommunications, ironiquement surnommé "Frenchelon" par les anglo-saxons, constitue l’un des principaux axes du renseignement "made in France".

Parent pauvre du renseignement international

Signe de l’importance prise par le recueil et l’exploitation du renseignement d’origine technique et électromagnétique, Bernard Carayon révèle ainsi que les interceptions ont progressé de 400 % en 5 ans.

Malgré cette hausse d’activité, le rapport déplore le manque de moyens alloués à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Alors que ses besoins augmentent et qu’Allemands, Britanniques et Américains dotent leurs services respectifs de moyens en progression de 30 % à 40 %, son budget enregistre une baisse de 5% : "En 2004, c’est un total cumulé de 50 millions d’euros de crédits de paiement qui manqueront à la DGSE". Si la situation est jugée "inquiétante", le budget prévoit néanmoins d’aménager et rénover les centres d’interception existants, mais aussi de poursuivre la construction, entamée en 2002, d’un centre en partenariat avec la Direction du renseignement militaire (DRM).

La DRM, créée en 1992 suite à la Guerre du Golfe pour des missions purement militaires (alors que la DGSE oeuvre notamment dans le domaine économique et politique, Ndlr), voit quant à elle son budget augmenter de façon notable : "les dotations de la DRM augmenteront de 20,8 % (à 16,82 millions d’euros), afin de poursuivre la modernisation des équipements qui contribuent au renseignement d’origine électromagnétique stratégique", ainsi que le note Yves Fromion, député UMP du Cher, vice-président de la Commission de la défense et auteur du rapport sur les crédits de l’espace, des communications et du renseignement. Cette activité dispose d’une enveloppe globale estimée à 1,3 milliard d’euros, telle que définie par la loi de programmation militaire, qui court jusqu’en 2008.

Les beaux jours de l’espace militaire

L’automatisation de l’interception devrait ainsi être développée en 2004, notamment celle visant les "flux générés par l’utilisation d’Internet" et "la capacité à intercepter de nouveaux systèmes de télécommunications utilisant des codages propriétaires".

Dans le domaine de l’écoute, la France disposait jusqu’ici, outre d’une dizaine de stations d’interception au sol, de deux micro-satellites, baptisés Cerise et Clémentine, mis en orbite en 1995 et 1999. En 2004, un nouveau programme, intitulé Essaim, prévoit le lancement de quatre satellites supplémentaires "d’écoute des communications en constellation rapprochée et en bande basse". Mis en orbite dans l’année, ils doivent être exploités jusqu’en 2009.

Les nouveaux satellites français visent à servir d’"indice d’alerte dans la gestion des crises, tout en favorisant l’évaluation des dommages", leur coût total étant évalué à 79,3 millions d’euros.

De plus, un nouveau "démonstrateur" (nom des "programmes" en matière d’écoute, Ndlr) national est à l’étude, avec une mise en orbite prévue en 2008 et un coût proche de 100 millions d’euros.

"Plus que jamais, l’espace, les communications et le renseignement sont au coeur de la défense de pays développés", estime le rapporteur Yves Fromion, qui souligne un renforcement de cette tendance depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Le député rappelle ainsi que la ministre de la Défense s’est dit "convaincue que l’espace représente le même enjeu aujourd’hui que la dissuasion nucléaire dans les années soixante".

Ainsi, l’année 2004 verra aussi le lancement du premier satellite Hélios II A qui, en termes de renseignement par l’image, améliorera les capacités françaises, le nombre et la qualité des prises de vue.

La France peine à embaucher ses espions

Timidement mais sûrement, la France tente ainsi de suivre les traces, en matière de renseignement technique, des États-Unis. Ses capacités en matière de renseignement humain sont par ailleurs reconnues dans le monde entier. Mais, paradoxalement, elle manque encore de personnel.

Selon Bernard Carayon, la DGSE, qui emploie un total de 4698 personnes (civiles et militaires confondus), pâtirait ainsi d’un déficit de 50 à 100 postes par an. Les effectifs réels de la Direction du renseignement militaire (DRM) seraient quant à eux "inférieurs de 13% aux droits budgétaires ouverts", selon Yves Fromion.

Du fait des problèmes d’avancement au sein des armées, de nombreux militaires hésitent en effet à entrer à la DGSE. Les effectifs civils ont quant à eux augmenté de 15,9% depuis 1994, notamment dans les domaines de l’informatique, de l’électronique et des télécommunications, et le nombre d’ingénieurs de haut niveau est passé de 10 en 1994, à 131 en 2003. Pourtant, Yves Fromion déplore le fait que, pour ce qui est de la DRM, "le niveau des rémunérations proposées ne permet guère de rivaliser sur le marché des entreprises ni même avec certains services de l’État".

Le problème ne s’arrête pas là, selon Bernard Carayon. Le député estime que "les services de renseignement n’ont ni la place dans l’État ni l’image dans l’opinion publique qu’ils méritent". Pour rémédier à ce déficit, le rapporteur juge "indispensable que la politique de communication auprès des grandes écoles soit significativement renforcée" et propose de créer un poste de porte-parole de la DGSE. Bernard Carayon s’étonne au passage du fait que le fleuron du renseignement français "ne dispose pas d’un site Internet propre, à l’instar de ses homologues étrangers, comme la CIA".

Le rapport Carayon sur le Secrétariat général de la défense nationale
http://www.assemblee-nationale.fr/1...

"L’efficacité d’une politique d’intelligence économique repose sur un effet de réseau" [Bernard Carayon]
http://www.transfert.net/a9288

Rapport de M.Yves Fromion, les crédits de l’espace, des communications et du renseignement pour 2004
http://www.assemblee-nationale.fr/1...

Les gros yeux de la grande muette (Transfert.net)
http://www.transfert.net/a6760

La France prépare la guerre de l’information (Transfert.net)
http://www.transfert.net/a5691

A propos de Frenchelon
http://www.bugbrother.com/echelon/i...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse