23 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/11/2003 • 15h38

La déclaration de Berlin relance le mouvement pour des archives scientifiques ouvertes

La philosophie du logiciel libre dans le monde des revues de chercheurs

Signée par de hauts responsables d’instituts européens de recherche, la déclaration de Berlin, datée du 22 octobre, prône l’accès libre aux archives scientifiques. Pour les signataires, ce choix doit dynamiser le partage et la recherche d’informations, ainsi que la diffusion des connaissances, menacés selon eux par les éditeurs de revue aux archives payantes. Cet appel renforce la dynamique internationale lancée il y a deux ans à Budapest et qui doit maintenant s’appuyer sur des outils concrets : des formats d’échange et de recherche entre les différentes bases d’archives comme celui de l’Open archives initiative et des licences ouvertes empruntées au monde du logiciel libre.

Les signataires en sont persuadés. La déclaration qu’ils ont ratifiée le 22 octobre 2003, en clôture de la Conférence de Berlin sur l’Accès libre à la connaissance dans les sciences et les humanités, est fondamentale. Vingt hauts responsables des principaux instituts européens de recherche soutiennent ce texte : ils demandent que tous les écrits, thèses, articles scientifiques, ainsi que tout le matériel nécessaire à leur argumentation, soient dorénavant publiés en accès libre ("open access").

Droit et bon vouloir d’auteur

Par "libre", entendez logiciels libres. "Les archives seront protégées par une licence proche de la GPL, General Public License", explique Jean-Michel Salaün, professeur à l’Ecole nationale des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), citant la célèbre innovation juridique créée par la Free Software Foundation au début des années 90. Les utilisateurs auront le droit de copier, distribuer, utiliser et modifier librement les textes tout en concédant la paternité à leurs auteurs."

Parmi les signataires, on trouve les Français Bernard Laroutourou et Christian Bréchot, directeurs du CNRS et de l’Inserm. Ils exhortent les chercheurs et les bénéficiaires de bourse à suivre les principes énoncés dans la déclaration de Berlin.

Pour le moment, ce sont les chercheurs, de leur propre initiative, qui déposent leurs contributions en archive libre. Les instituts n’encouragent pas officiellement cette démarche.

Si les archives se donnaient la main...

"La déclaration de Berlin est importante mais est la suite logique d’un mouvement global initié il y a plus de deux ans", observe Jean-Michel Salaün. Le texte fait suite à l’appel de Budapest de février 2002, soutenue par 3050 chercheurs, activistes, journalistes et 230 organisations.

De l’appel de Budapest est né l’Open archives initiative (OAI), un système qui vise à permettre "l’interopérabilité" entre les contributions scientifiques. "L’OAI est un protocole technique de communication reposant sur du XML", explique Marin Dacos, le responsable de revues.org, un site qui fédère des revues de sciences humaines et utilise des outils de publication ouverts issus du logiciel libre

Grâce à OAI, on peut faire des recherches d’informations dans les "métadonnées" attachées aux documents scientifiques, comme le titre, la date, l’auteur, la longueur, les notes de bas de page... Le format permet donc de s’y retrouver dans des grandes masses d’articles, qu’ils soient stockés dans un dépôt collectif officiel (comme le CCSD, Centre pour la communication scientifique directe du CNRS), dans une revue ou sur un site personnel. "L’OAI effectue une recherche d’information distribuée." résume Marin Dacos.

Parallèlement à OAI, il existe d’autres initiatives d’archivages "ouverts", surtout aux Etats-Unis. On trouve par exemple BioMed Central, pour les recherches médicales et microbiologiques, et les initiatives de l’ONG Plos (Public Library of Sciences), dont une revue se veut l’équivalent "libre" du célèbre magazine Science. Des démarches compatibles avec l’esprit de la déclaration de Berlin et d’Open archives initiative, d’après Marin Dacos : "On ne sait pas, pour le moment, exactement comment cela va se passer, mais il est tout à fait envisageable que ces initiatives puissent respecter l’OAI."

Les éditeurs en marche dispersée

Actuellement, selon Marin Dacos, 500 des 25 000 revues scientifiques recensées dans le monde entier proposent des archives libres.

"Ce sont les revues de physiciens qui ont le mieux compris les problématiques des archives libres", constate Jean-Michel Salaün, de l’Enssib. "Depuis des années, leur communauté partageait l’information suivant une méthode proche de celle décrite dans la déclaration de Berlin. Ce sont qui ont donné l’impulsion à ce mouvement."

Dans les autres disciplines, l’engouement est moins flagrant. "En sciences sociales, les maisons d’édition sont très inquiètes par les archives ouvertes", avoue Marin Dacos, dont le site fédère 18 revues en sciences humaines et sociales. "Il s’écoule environ deux ans entre le moment où je prends contact avec une nouvelle revue et le passage en open archive."

Feu vert sur l’expérimentation

Pour combattre les réticences, Marin Dacos propose aux revues un mode de publication que Jean-Michel Salaün qualifie de "mur flottant" : seule une partie des articles du numéro est mise en ligne, "souvent un article plus tous les comptes-rendus de lectures", explique le responsable de revues.org. Le reste des articles n’est consultable que sur papier. Le passage aux archives libres de tous les documents se fait à l’issu d’un délai variable suivant les éditeurs, souvent au bout de trois ans.

"Ce genre de modèle est intéressant pour les éditeurs estime Jean-Michel Salaün. "A l’avenir, il y aura encore d’autres expériences de ce type."

Pour aller plus loin et expérimenter d’autres modèles économiques, il faudra des fonds. L’appel lancé à Berlin -comme celui de Budapest- a le soutien de la fondation du milliardaire George Soros mais, déplore Marin Dacos, c’est "une importante déclaration d’intention qui n’est pas suivie d’une déclaration de moyens".

"Les archives ouvertes représentent un mouvement assez inéluctable de l’édition scientifique, affirme Jean-Michel Salaün, de l’Enssib. Il est probable que d’ici trois ans, le secteur va profondément se modifier." En avril 2003, à la conférence de Bethesda (Maryland), des hauts responsables d’universités américaines se sont rassemblés pour arriver aux mêmes conclusions.

La Déclaration de Berlin du 22 octobre:
http://www.zim.mpg.de/openaccess-be...

Le site de l’Open Archives Initiative:
http://www.openarchives.org/

Revues.org:
http://www.revues.org/

Le site de l’Enssib:
http://www.enssib.fr/

Le site de Plos, Public Library of Sciences:
http://www.plos.org/index.html

Le site de BioMed Central:
http://www.biomedcentral.com/openaccess/

Le site de la Conférence de Bethesda, aux Etats-Unis:
http://www.earlham.edu/~peters/fos/...

Des revues scientifiques en ligne rejoignent le front anti-brevets logiciels (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9274

"Revues scientifiques "libres"", revue de web citant Plos (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8870

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse