28 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/11/2003 • 17h03

Roissy va tester le contrôle d’identité des voyageurs par empreintes digitales

Client d’Air France, donne tes doigts
 

Une procédure de contrôle des empreintes digitales lors de l’embarquement des passagers à Roissy Charles-de-Gaulle devrait être expérimentée dès l’été 2004 par l’Etat, Air France et Aéroports de Paris (ADP). Reposant sur le volontariat des voyageurs, cette initiative vise à sécuriser davantage les contrôles et à fluidifier les transits frontaliers. Ce test s’inscrit dans une politique de recours généralisé aux techniques biométriques pour rendre les documents de voyage plus difficiles à falsifier.

A partir de l’été 2004, les clients les plus assidus d’Air France devraient se voir proposer de tester de nouvelles procédures de vérification d’identité fondée sur la reconnaissance biométrique avant d’embarquer sur un vol intérieur ou international au départ de Roissy Charles-de-Gaulle.

Police automatique

S’ils souhaitent participer à ce test grandeur nature, les clients devront confier une image numérisée de leurs empreintes digitales à une base de données à laquelle accèdera la police aux frontières (PAF).

En arrivant à l’aéroport, ces futurs "cobayes" passeront normalement par la phase d’enregistrement avant de se diriger pour le contrôle de police vers l’un des trois ou quatre sas spécifiquement mis en place. Là, ils seront invités à apposer un ou plusieurs doigts sur un lecteur optique. L’interrogation de la base de données permettra alors, selon les promoteurs de l’expérience, de contrôler automatiquement l’identité du voyageur qui se présente et de vérifier qu’il est bien autorisé à accéder à la zone d’embarquement.

Cette initiative, dont les détails restent à définir, est le fruit d’un partenariat entre Aéroports de Paris (ADP), Air France et l’Etat, avec notamment la participation de la police aux frontières. Son comité de pilotage est présidé par le sous-préfet Jacques Lebraut.

"Il s’agit pour nous de tester de nouvelles procédures visant à rendre les contrôles plus sûrs tout en fluidifiant les passages transfrontaliers", explique Jacques Reder, au service de presse d’ADP.

Après les employés d’Aéroports de Paris...

Si elle s’avère "positive", cette expérimentation prévue pour durer un an devrait déboucher sur l’installation en 2005 de 20 à 25 portiques de ce type à Roissy et Orly.

Le test complète celui prévu auprès des personnels d’ADP : d’ici quelques mois, un système de reconnaissances des empreintes digitales permettra de contrôler l’accès aux zones des aéroports réservées aux employés.

En décembre 2002, ADP et Air France avaient déjà testé pendant une dizaine de jours la technique de reconnaissance des empreintes digitales sur les vols à destination de Tel-Aviv, en Israël. Il s’agissait alors de vérifier que la personne se présentant à l’embarquement était bien la même que celle qui était passée à l’enregistrement.

Ces expériences s’inscrivent dans une réflexion internationale sur le recours à l’identification biométrique pour le contrôle des voyageurs. Au nom de la lutte contre le terrorisme, les autorités américaines font pression sur les autres pays et sur l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour l’adoption de telles techniques.

La biométrie en vogue

Les Etats-Unis exigent qu’à compter du 26 octobre 2004, les pays dont les ressortissants n’ont pas besoin de visa pour entrer sur le sol américain, émettent des passeports comportant des éléments d’identification biométrique.

L’Union européenne débat actuellement d’un projet de passeport biométrique pour tous ses citoyens. A Thessalonique en juin 2003, les pays membres ont déjà validé le principe d’inclure dès 2005 dans les visas des ressortissants extra-communautaires une photo numérisée et une image de leurs empreintes digitales. Une mesure que la France vient de confirmer lors du vote de la récente loi Sarkozy sur l’immigration.

Très en vogue depuis les attentats du 11 septembre 2001, le recours à la biométrie pour l’identification des personnes a aussi ses détracteurs. Les défenseurs des libertés individuelles y voient un dangereux renforcement du fichage des citoyens. D’autres, y compris des experts gouvernementaux, ont démonté la soi-disant "infaillibilité" de ces techniques.

"90 000 employés dont l’accès aux zones réservées des aéroports de Paris se fera par reconnaissance d’empreintes digitales" (Transfert 31/10/03):
http://www.transfert.net/a9522

"La France instaure le fichage des empreintes digitales pour les visas des étrangers" (Transfert 15/10/03):
http://www.transfert.net/a9438

"Un expert auprès du gouvernement dénonce les fausses promesses de la biométrie" (Transfert 29/09/03)
http://www.transfert.net/a9351

Le site d’Aéroports de Paris:
http://www.adp.fr

Le site d’Air France:
http://www.airfrance.fr

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse