29 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


2/01/2001 • 18h37

Le Réseau Voltaire censuré

L’absence de prescription sur Internet n’a pas tardé à se muer en censure. En l’occurrence, des documents "sensibles" sur la géopolitique des drogues et un texte sur la condamnation d’une personnalité de l’extrême droite.
Amnistie vs prescription

Un autre texte retiré du Réseau Voltaire concerne un homme politique condamné plusieurs fois pour escroquerie, ou encore pour avoir employé au noir des immigrés clandestins. Il s’agit d’une personnalité de la presse d’extrême droite, qui fut également tête de liste aux Européennes. La dernière de ses condamnations date de 1999 et le Réseau Voltaire, spécialisé dans la veille sur les réseaux de la droite extrême, s’en était fait l’écho. Sauf que la loi d’amnistie de 1995, votée sous l’impulsion de Jacques Chirac, précise que les condamnations à de faibles peines sont amnistiées et ne peuvent donc plus être évoquées. Blanchiment total assuré : elle qualifie de diffamation le fait de les rapporter. Le Réseau Voltaire a donc du retirer ce qu’il avait publié. Alors que l’association de défense des libertés et de la laïcité n’est plus couverte par la prescription, la personnalité condamnée est, quant à elle, couverte par l’amnistie. Encore une fois, après l’affaire Carl Lang, c’est l’extrême droite qui tire profit d’une étrange jurisprudence…

Depuis la fin décembre, il n’est plus possible de consulter certains documents de la bibliothèque électronique du Réseau Voltaire. Suite à la décision, début décembre, du tribunal de Paris de qualifier la mise en ligne sur Internet d’acte de "publication continue", et à l’abrogation qui s’en suit du principe de prescription, les responsables de la "banque de données consacrée à la lutte pour les libertés et la laïcité" ont du céder à deux des nombreuses injonctions qui leur a été faites de retirer des textes (lire encadré). Cette escalade de la censure sur Internet était à prévoir. Leur application réserve quelques surprises.

Archives internet payantes

La première affaire affaire concerne l’Observatoire géopolitique des drogues, une association loi de 1901 aujourd’hui disparue. Elle était essentiellement financée par des contrats de recherche conclus avec les pouvoirs publics français et européens. L’Observatoire fut le premier à aborder les questions stratégiques, économiques et diplomatiques ayant trait au trafic de drogue, au blanchiment d’argent et autres grosses ficelles (qui les tire, et comment ?) des filières. Plutôt que de se focaliser sur les petits porteurs, dealers ou simples consommateurs, l’OGD parlait des puissants, des trafiquants, des blanchisseurs et de leurs réseaux. L’an dernier, à court d’argent, il avait été placé en liquidation judiciaire. Le Réseau Voltaire avait alors proposé d’inclure la Dépêche internationale des drogues, le mensuel de l’OGD, dans sa bibliothèque électronique. Une offre acceptée, verbalement, par Alain Labrousse, alors président de l’Observatoire. Ils étaient ainsi disponibles jusqu’à ce que Me Charles-Henri de Choiseul Praslin, co-fondateur de l’OGD et désormais avocat des liquidateurs, invite fermement le Réseau à les retirer. Motif : il serait question de relancer l’Observatoire, mais sous une forme différente, et notamment en rendant payant l’accès aux archives internet. Le fait de les publier gratuitement serait donc incompatible avec le nouveau business plan.

Où l’on reparle de la Brenco

Accessoirement, l’Observatoire s’intéressait de plus en plus à ce qui se trame près de chez nous. Dans un texte, Francis Christophe, un des collaborateurs de la Dépêche et ancien de l’AFP, avait ainsi évoqué l’implication supposée d’Elf, de Total, mais aussi de Jean-Charles Marchiani et d’autres proches de Charles Pasqua dans des ventes d’armes au profit de l’Angola ou encore de la Birmanie (une dictature financée par le trafic de drogue) au travers de la firme Brenco. Une société devenue célèbre depuis que Jean-Christophe Mitterrand a passé le réveillon de Noël à la prison de la Santé. Laisser de telles archives en libre accès sur Internet ne plaisait guère à certains milieux politiques et industriels ni à certains cercles du renseignement. Si les informations attestant de ces circonvolutions "stupéfiantes" ne sont plus disponibles sur le site du Réseau Voltaire, elles le sont sur le site d’Action Birmanie, une ONG qui lutte contre le régime Birman. Toutefois, le Réseau Voltaire, fermement décidé à ne pas arrêter là son travail de diffusion d’informations "sensibles", vient par ailleurs de mettre en ligne quatre "Dossiers noirs de la politique africaine de la France" réalisés par les associations Survie et Agir ici. Au menu : l’implication de la France dans le génocide du Rwanda, "Les liaisons mafieuses de la Françafrique", les dérives de la présence militaire française en Afrique et autres pièces à charge détaillant les soutiens de certains réseaux français aux régimes dictatoriaux africains.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse