27 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/07/2000 • 10h23

Publius réinvente le Web anonyme

Trois jours après que la France a banni la publication anonyme sur le Web, des ingénieurs américains lancent un nouveau système destiné à masquer l’identité des auteurs de sites.

En 1787, trois américains publièrent une série d’articles visant à encourager l’adoption de la Constitution américaine. Désireux de se protéger d’éventuelles représailles, ils cosignèrent leurs articles du pseudo Publius, et parvinrent à faire adopter ladite Constitution, dont le premier amendement garantit la liberté d’expression...

Publius est aujourd’hui le nom du projet que trois ingénieurs américains viennent de lancer, en vue de lutter contre la censure sur l’Internet. Plus précisément, il s’agit de garantir l’anonymat de ceux qui veulent pouvoir s’exprimer sur le Web, sans pour autant risquer de s’attirer les foudres de ceux qui, par des moyens légaux ou non, veulent bloquer, détruire ou empêcher la publication de leurs propos.

"Infalsifiable, robuste et résistant à la censure"

S’il est quasi-impossible de faire quoi que ce soit de façon vraiment anonyme sur le Web, les auteurs de Publius expliquent que nombre d’internautes s’autocensurent de peur d’être victimes de pressions (de leurs employeurs, notamment, ou encore de grosses sociétés qu’ils se prendraient à critiquer) et de menaces (de procès surtout, occasionnant des frais de procédure par trop élevés pour les simples particuliers), sans parler des risques plus graves encourus sous certains régimes, tel ce chinois qui vient d’être emprisonné pour avoir osé parlé de Tian Anmen sur son site Web. Les auteurs de Publius rappellent également que la législation sur le copyright permet, par exemple, à l’église de scientologie de censurer toute publication de leurs documents internes à même de démontrer leur dangerosité. C’est d’ailleurs suite à une de leurs actions en justice qu’anon.penet.fi, le plus connu des remailers - logiciels qui permettent de poster un mail de façon anonyme -, dut interrompre son service, au grand dam des défenseurs de la liberté d’expression. Pour toutes ces raisons, ils ont décidé de créer Publius, "système de publication sur le Web infalsifiable, robuste et résistant à la censure".

Cryptage et confidentialité

Publius publie de façon anonyme, ou pseudonyme, mais contrairement à FreeNet (lire Freenet : la refondation de l’Internet ?), installer un système informatique complexe pour accéder à un réseau à part n’est pas nécessaire : tout se passe sur le World Wide Web. Pour être publié, chaque fichier (html, image, fichiers postcript ou pdf, etc.) est découpé en plusieurs segments qui sont ensuite disséminés à la manière d’un puzzle sur différents serveurs participant au projet. Les données sont de plus cryptées en vue de les protéger et d’en masquer le contenu : impossible de savoir quelle partie correspond à quoi, ni d’y accéder et encore moins de les altérer. Pour trouver un document, il suffira d’accéder à l’un des index de Publius via leur serveur proxy, qui se chargera de rassembler le fichier demandé. Une version bêta vient tout juste d’être lancée afin de trouver des sites volontaires pour un premier test de faisabilité.

Anti-pédophilie

À la rentrée, et au vu des résultats des tests, les auteurs de Publius jugeront s’il est possible d’en créer une version permanente. AT&T, qui emploie les trois auteurs du projet, déclare pour l’instant suivre son évolution d’un bon œil et ne pas vouloir faire comme AOL, qui avait voulu censurer Gnutella, lancé par l’une de ses filiales. Publius a d’ailleurs déjà reçu le soutien de l’Electronic Frontier Foundation, pionnière dans la défense des libertés civiles sur l’Internet, ou encore de Zero Knowledge, connu pour avoir lancé Freedom, programme qui permet de préserver l’anonymat des internautes (lire Souriez, vous êtes tracés !). Quant aux risques d’utilisation abusive de Publius, les ingénieurs ont déclaré au Washington Post qu’il leur serait possible de supprimer des serveurs tout programme jugé "odieux", à commencer par tout ce qui concerne la pornographie enfantine, tentant ainsi de couper l’herbe sous le pied de ceux qui ne peuvent s’empêcher de confondre anonymat, liberté d’expression et pédophilie.

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse