01 11 2014
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/11/2003 • 19h30

Le 7 novembre, les activistes anti-publicité récidivent

Comment reconduire le succès surprise obtenu contre la réclame ?
 

Les activistes qui ont recouvert des centaines de panneaux publicitaires du métro parisien il y a deux semaines reviennent : ils appellent à une nouvelle action le vendredi 7 novembre à 19 heures. Cette seconde édition veut transformer le succès de la première action, au cours de laquelle plus de 300 personnes ont barré les affiches de croix noires et "riposté" à la réclame avec leurs propres slogans. Privés de l’effet surprise, les organisateurs tentent de conserver la dynamique en transmettant le témoin à de nouveaux militants et de prolonger le mouvement en province. Le but reste le même : s’en prendre au "carburant" de la "marchandisation du monde".

"Nous avons atteint environ 70 % de notre objectif", estime Frédéric, un des organisateurs de l’action du 17 octobre, menée à Paris par neuf groupes de 30 à 40 personnes à l’appel du collectif informel Stopub, créé pour l’occasion. Comprenez que les activistes anti-pub ont recouvert les panneaux d’une centaine de stations de métro, la quasi-totalité des arrêts situés dans le centre de la capitale, entre les lignes 2 et 6.

Des grands-mères et des punks

Pendant l’action, Frédéric, un réalisateur de films documentaires, lisait à voix haute l’"Appel au recouvrement d’espaces publicitaires" "pour dissiper les peurs, l’incompréhension et l’hostilité" des passants : "rencontrons nous pour nous réapproprier l’espace public par un geste collectif et joyeux de protestation face à la privatisation du monde..."

Le collectif, dont les membres souhaitent rester anonymes, disait être un regroupement hétérogène de personnes touchées par les politiques du gouvernement : "enseignant(e)s, chômeurs(ses), chercheurs(es), intermittent(e)s, personnel de santé...".

Le 17 octobre, Frédéric assure qu’il y avait effectivement tous types de personnes parmi les participants : "de la grand-mère bon chic bon genre aux punks anarchoïdes...", en plus des collectifs de graffeurs et plasticiens qui avaient promis de venir montrer l’exemple.

Yvan Gradis, un des pionniers de la "légitime réponse" non-violente aux excès de la pub, se réjouit d’avoir vu des jeunes différents de ceux qui ont assisté depuis 2001 à un de ses quinze "sacrifices" symboliques de panneaux de réclame : "Mon public est tranquille, presque familial. Là, j’ai vu des gens qui s’impliquaient directement, avec l’envie personnelle d’en découdre avec la publicité", note celui qui a fondé en 1992 Résistance à l’agression publicitaire (RAP).

Le chat et la souris

Pour les organisateurs, c’est le fait d’avoir su créer la surprise qui a fait le succès de l’opération anti-pub, notamment vis-à-vis des forces de l’ordre. Seul un des neuf groupes d’activistes n’a pas été suivi par les forces de l’ordre ou les personnels de la RATP. "Mais après nous avoir obligés à jouer au chat et à la souris pendant plus d’une heure, ils nous ont finalement laissés agir tranquilles, voyant qu’il y avait des gens très différents", se rappelle Frédéric, dont le groupe a peint, marqué, placardé et bombé librement, de 21 heures à minuit

Au final, l’action de désobéissance civile n’a été sanctionnée que de deux amendes, délivrée contre des jeunes femmes pour "délit de dégradation temporaire de bien appartenant à autrui", correspondant à l’acte de recouvrement d’une publicité. Une condamnation de 70 euros, relativement bénigne par rapport à celle qui peut frapper ceux qui dégraderaient des biens publics autres que les affiches, rappellent les organisateurs.

Pour le 7 novembre, les anti-pub réitèrent sur leur site les consignes aux participants, qui ne doivent toucher qu’aux seules affiches et éviter toute "dégoulinade".

Dès le lendemain du 17 octobre, le site des anti-pub a reçu 3000 visites et des centaines d’e-mails, "de toute la France et même d’Europe". Frédéric et ses compagnons ont profité de cet écho pour mettre en ligne une nouvelle version de cette plateforme d’organisation, avec questions/réponses, témoignages et photos.

Il faut s’au-to-no-miser

"Il y a beaucoup de gens de province intéressés mais ils ont tendance à nous considérer comme des superorganisateurs...", explique Frédéric, qui déplore l’attitude un peu attentiste de la part des aspirants activistes. Des internautes de plusieurs villes tentent de s’organiser via le site.

"Nous devons faire de la pédagogie... C’est un peu le sens de cette seconde édition, pour laquelle la quasi-totalité des organisateurs s’est retirée, au profit de nouvelles têtes", avance Frédéric, qui a transmis, comme les 5 autres coordonnateurs de la première action, ses connaissances techniques aux nouveaux venus.

Plus qu’une façon de se décharger d’une charge trop lourde, il s’agit là d’un choix stratégique, visant à responsabiliser et à "autonomiser" les participants, pour assurer une vraie indépendance d’action et tenter de pérenniser le mouvement.

Son expérience, Frédéric l’a tirée d’une dizaine d’années à s’engager comme soutien technique et juridique pour diverses causes : soutien aux sans-papiers expulsés, lutte contre la double peine, collectifs anti-capitalistes et anti-fascistes, soutien aux étudiants étrangers...

Ouvrir des petites fenêtres

Anti-capitaliste, de sensibilité libertaire et non trotskiste, le co-organisateur de l’action du 17 octobre ne se sent pas proche du mouvement altermondialiste, tel que représenté par Attac ou la Confédération paysanne : "Des mesures comme la taxe Tobin sont des réformes qui ne remettent pas réellement en cause la logique marchande et sont instrumentalisées par des politiques comme le Parti Socialiste".

Pour les activistes, recouvrir des panneaux de publicité n’est pas une fin en soi. "Cela permet de réunir des gens d’horizons et de régions très différents, avec une cible commune, la publicité, comme symbole le plus visible et le plus outrancier du capitalisme. Et on sait à quel point il est dur de fédérer, alors que chacun souffre dans son coin..., explique Frédéric. Le fait de voir d’autres agir ouvre des petites fenêtres dans la tête des gens, des possibles."

Les militants contre la publicité ont réussi le 17 octobre à créer une forme de disruption et pourraient bien réitérer le 7 novembre. A Paris, les points de rendez-vous se feront à l’extérieur de sept stations de métro : St Lazare, République, Place d’Italie, Bastille, Montparnasse, Nation, Gare de l’Est.

Stopub, le site des anti-pub du 17 octobre:
http://stopub.ouvaton.org/

Une action contre les panneaux publicitaires se prépare pour vendredi, 19 heures (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9436

Le site de Résistance à l’agression publicitaire:
http://www.antipub.net/rap

Yvan Gradis, Président de l?association RAP et unique rédacteur du Publiphobe (Indésens):
http://www.indesens.org/publiphobe/...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse